A quels changements sociétaux et personnels la réflexion bioéthique doit-elle nous préparer ?

Options d'événement

Invités confirmés

A quels changements sociétaux et personnels la réflexion bioéthique doit-elle nous préparer ?

A quels changements sociétaux et personnels la réflexion bioéthique doit-elle nous préparer ?

 

Bioéthique : nouvelle inter-discipline qui rassemble des médecins, des biologistes, des philosophes, des théologiens, des représentants de sciences humaines et sociales, des juristes, et qui vise à analyser les retombées et les enjeux des innovations médicales et biotechnologiques qui questionnent aujourd’hui la nature même du vivant et de l’homme. L’objectif de la réflexion bioéthique est d’élaborer un cadre d’action pouvant servir de guide au praticien et au législateur.

En France, cette démarche est institutionnalisée à travers le CCNE : comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé qui a vocation à « instruire le dossier », laissant aux instances représentatives le soin de légiférer à partir de ses recommandations.

Penser la bioéthique, un débat philosophique (éditions Persée)

 

Dans un monde où la connaissance scientifique est soumise un peu plus chaque jour à la « question » des fondamentalismes obscurantistes, on oublie que la recherche des vérités objectives, moteur de la science, est la voie obligée d’un authentique humanisme. Il faut, comme l’écrit Paul Ricoeur, « plus connaître pour mieux comprendre », et la visée éthique – de décider ensemble de ce qui « doit être » - ne se conçoit que sur la base du savoir de « ce qui est ». Les termes eux-mêmes de « penser la bioéthique » sont déjà un défi. Penser la bioéthique, c’est utiliser notre cerveau d’homme pour élaborer une réflexion qui prenne en compte notre histoire culturelle et notre expérience individuelle d’être humain, afin de débattre entre nous de ce qu’est la bioéthique si nous acceptons ce terme, (…) quels en sont les principes fondateurs, comment ceux-ci sont-ils mis en application concrètement dans nos sociétés ? Quelle est la nature de cette réflexion, de ce débat auquel toute personne d’expérience, quels que soient son métier et son appartenance à diverses familles de pensée doit contribuer (…) Le débat portera tant sur le mode d’acquisition des connaissances sur l’homme, que sur leur destination dans les sociétés humaines. Jean-Pierre Changeux (neurobiologiste, professeur au Collège de France, ancien président du CCNE)

 

Est-ce que la bioéthique est une éthique ? Et si elle est une éthique, doit-elle être une doctrine générale du bien ? La bioéthique ne saurait être une éthique, mais l’analyse des tensions entre des éthiques différentes. Elle est un cadre, juridique, politique, démocratique, pour traiter ces tensions et organiser une discussion entre des positions morales toutes légitimes qu’il faut concilier dans un espace pluraliste (…) Selon moi, la grandeur de la bioéthique de montrer que la démocratie peut produire dans la paix civile, du sacré commun au-delà du sacré des uns et des autres.

Frédéric Worms (philosophe, membre actuel du CCNE)

 

Quelques thèmes susceptibles d’être abordés dans le cadre de la réflexion bioéthique (liste non exhaustive) : Procréation médicalement assistée (et notions afférentes de filiation et de parentalité), recherche sur les embryons, greffes et dons d’organes, thérapies géniques, dépistage génétique, manipulation du génome, expérimentation sur l’être humain, clonage thérapeutique, utilisation de l’imagerie médicale à des fins commerciales ou judiciaires, questions liées à la fin de vie (soins palliatifs, suicide assisté, acharnement thérapeutique), et les «spectres » afférents : les risques d’eugénisme et de marchandisation du corps.

 

Questions possibles : 

- Le débat sur les questions de bioéthique doit-il être réservé aux seuls spécialistes ?

- Quelle peut être la place du citoyen dans ce débat ?

- Peut-on aujourd’hui, distinguer le médical du sociétal ?

- Doit-on légitimer et autoriser tout ce qui est possible ? Y a-t-il une limite au sens de certains gestes médicaux ?

- Chacun est-il « propriétaire » de son corps, et doit-il pouvoir influer sur tout traitement voire sur sa propre fin ?

- Comment inclure dans une éthique, des vivants qui ne sont pas encore des personnes (embryons) ou qui semblent ne plus en être (personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives par ex) ?

- Comment conjurer les possibles dérives eugénistes ou la marchandisation des corps ?

- Abordons- nous une nouvelle ère, qui met à mal la notion millénaire de caractère « sacré » de la vie ?

 

Ressources à écouter et à lire :

Bioéthique et transformation de soiCorine Pelluchon invitée de René Frydman

Etats généraux de la bioéthique : quelle place pour le citoyen ? Un dossier France Culture.

PMA, GPA, les nouveaux enjeux de la bioéthique. Répliques. France Culture.

La bioéthique sur France Culture.

Bioéthique : une révolution en marche ? Frédéric Worms invité des Matins.

A lire :

Bioéthique, le modèle français en question. Article La Croix.

Les articles sur la bioéthique de The Conversation

Les articles sur la bioétique de La Vie des Idées. 

Les dossiers de la bioéthique de l'INSERM. Voir les thématiques. INSERM
Le site officiel des Etats Généraux de la Bioéthique.

 

Le forum est ici.

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus