«Mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible» Est-ce possible de ne plus aimer d'amour ?

Options d'événement

Invités confirmés

«Mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible»  Est-ce possible de ne plus aimer d'amour ?

«Mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible»

Est-ce possible de ne plus aimer d'amour ?

 

C'est Karen qui pose la question : Est-ce possible de ne plus aimer d'amour ? à Lucile, responsable de la rubrique du courrier des lecteurs, "C'est compliqué", de Slate.

 

A notre tour, pour notre débat, emparons-nous de la question, voyons ce qu'elle implique, voyons également ce qu'impliquent nos réponses.

 

La lettre de Karen ci-dessous : 

 

Chère Lucile,

 

Depuis presque un an, je vis une situation inédite: je n'ai plus du tout envie d'être en couple. J'éprouve même du rejet et du dégoût pour ceux que je croise ou à la simple idée d'en former un.

 

Pourtant, j'ai tenté deux relations cette année. La première fois, j'ai confondu l'attachement avec l’amitié. La deuxième histoire a été plus longue et vient de se terminer.

 

Ça a commencé par un intérêt pour lui, puis je me suis dit qu'il pouvait être là seulement pour un soir et finalement, on s'est revus. Lui avait craqué, m'avouant un gros coup de cœur. Il voulait être omniprésent.

 

Au début, je me suis laissée faire. J'appréciais qu'il me bouscule un peu et s'impose. Je voulais faire des efforts pour aller au-delà de mes propres barrières –c'est-à-dire les baisser, pour une fois, et laisser à un homme la chance de les franchir avec moi.

 

Nous avions beaucoup de points communs, une bonne entente. Mais plusieurs de ses attitudes m'ont déplu, et l'attachement que j'avais s'est émoussé très rapidement. Je ne m'en suis pas rendue compte immédiatement: le doute s'est immiscé jour après jour. Je me trouvais intolérante.

 

Il y a quatre ans, j'ai vécu une histoire de deux ans avec un autre homme et mon amour pour lui m'avait fait accepter ses qualités, mais aussi ses défauts, en toute conscience. Mais là, impossible de passer outre ses défauts –pourtant pas aussi marqués que ceux de l'homme avec qui j'ai eu ma longue histoire.

 

Plus la relation avance et plus je suis mal à l'aise, jusqu'au moment ultime où parler ou voir la personne m'est insupportable. Cette sensation est toute nouvelle pour moi. J'ai l'impression d'être replongée dans mon adolescence où la situation m'échappait, alors que rompre n'a jamais été un problème pour moi.

 

J'ai donc rompu, et c'est avec effroi que je me rends compte que cela ne me fait ni chaud ni froid. Une indifférence totale.

 

J'ai l'impression que mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible. Penser à faire de nouvelles rencontres, rejouer le jeu des questions m'horripile... Me sentir confrontée aux conventions où l'homme attend plus qu'une discussion après plusieurs rendez-vous me désoriente et m'effraie.

 

Je ne souhaite plus démarrer une quelconque relation, car je n'arrive plus à réveiller mon cœur aux sentiments. J'espère qu'il vibre à chaque fois, mais non, il est complètement fermé.

 

Ce qui en résulte, c'est que je fais souffrir mes partenaires à «jouer la comédie» de l'amour, puisqu'en réalité, je ne suis absolument pas sûre de mes sentiments.

 

On a beau me dire que ce n'était pas la bonne personne, je n'y crois pas non plus: je suis bien capable d'émotions avec mes proches et mes enfants, alors pourquoi pas avec cet homme?

 

Est-ce possible de ne plus aimer d'amour?

 

Karen.

 

On peut retrouver l'article ainsi que la réponse de Lucile ici. 

 

Une ressource

Eva Illouz ou la systématique tragédie d'aimer. France Culture.

 

Merci à tous de vos contributions à nos échanges.

 

Forum ici

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus