Raison et cause des inégalités (Piketty). Peut-on faire autrement ? Présenté par André

Options d'événement

Invités confirmés

Raison et cause des inégalités (Piketty). Peut-on faire autrement ? Présenté par André

 

Raisons, causes et justfication des inégalités.

Un sujet présenté par André

Questions de départ :

- La concentration des richesses est-elle inévitable ? Amène-t-elle un progrès ou une régression ?

- Une société peut-elle se passer d’une élite décidant arbitrairement des choix d’investissements ?

 

Piketty dans son nouveau livre : Capital et Idéologie, affirme que la démocratisation, le partage du pouvoir, doit s’exercer dans le domaine des richesses et des investissements et il prétend que les modèles passés des sociaux -démocrates suédois et allemands sont la preuve que cela est possible mais sa démonstration sur ce point est très faible car elle esquive les mécanismes par lesquels les élites locales ont gardé en fait le contrôle des choix d’investissement.

• Les différences de taux de réussite entre Dassault (privée) et Snecma (nationalisée) sont significatives.

• L’aventure d’Apple sous la direction de Steve Jobs est bien connue.

• L’extrait de texte ci-dessous explicite les moyens que Piketty est prêt à employer pour démocratiser/niveler le niveau des richesses d’un pays.

• Piketty et Babeuf semblent refuser en fait la division du travail dont certains effets positifs à large échelle de temp et d’espace apparaissent cependant dans les graphiques de Steven Pinker

 

La référence historique : Babeuf

La passion de l'égalité est une passion largement répandue qui s'est manifestée spécialement en France depuis longtemps. Elle remonte au moins à la Conjuration des Egaux de Babeuf contre le directoire

Les idées de la Conjuration sont en particulier exposées dans le « Manifeste des Égaux » (1796). On peut y lire :

« Il nous faut non pas seulement cette égalité transcrite dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, nous la voulons au milieu de nous, sous le toit de nos maisons. Qu'il cesse enfin, ce grand scandale que nos neveux ne voudront pas croire ! Disparaissez enfin, révoltantes distinctions de riches et de pauvres, de grands et de petits, de maîtres et de valets, de gouvernants et de gouvernés. L'instant est venu de fonder la République des Égaux, ce grand hospice ouvert à tous les hommes. L'organisation de l'égalité réelle, la seule qui réponde à tous les besoins, sans faire de victimes, sans coûter de sacrifices, ne plaira peut-être point d'abord à tout le monde. L'égoïste, l'ambitieux frémira de rage. »

 

Piketty – extrait de Capital et Idéologie (2019) p1131

Je vais commencer par me concentrer sur le bloc patrimonial, c'est-à-dire l'ensemble constitué par l’impôt progressif sur la propriété et l’héritage et la dotation universelle en capital, et je reviendrai plus loin sur le bloc en charge des revenus et de l'État social. Plusieurs points méritent d 'être soulignés. De façon générale, les éléments chiffrés indiqués ici ont uniquement une valeur illustrative. Le choix exact des paramètres exigerait une discussion approfondie et une large délibération démocratique que cet ouvrage n'a aucunement vocation à clore

Précisons également que le bloc patrimonial correspond à une version relativement ambitieuse de ce à quoi pourrait ressembler en général une dotation en capital. Concrètement, avec des recettes de l'ordre de 5 % du revenu national provenant de l'impôt sur la propriété et sur l’héritage, il est possible de financer pour chaque jeune adulte atteignant 25 ans une dotation équivalant à environ 60 % du patrimoine moyen par adulte

Prenons un exemple. Dans les pays riches (Europe de l'Ouest, États-Unis, Japon), le patrimoine privé moyen est à la fin des années 2010 d'environ 200 000 euros par adulte. Dans ce cas, la dotation en capital sera donc de 120000 euros. De facto, ce système aboutirait à une forme d'héritage pour tous. Actuellement, compte tenu de l'extrême concentration de la propriété, les 50 % les plus pauvres ne reçoivent quasiment rien (à peine 5 %-10 % du patrimoine moyen), alors que parmi les 10 % les plus riches certains jeunes adultes héritent de plusieurs centaines de milliers d'euros et d'autres de plusieurs millions ou dizaines de millions d'euros. Avec le système proposé ici, chaque jeune adulte peut commencer sa vie personnelle et professionnelle avec un patrimoine égal à 60 % du patrimoine moyen, ce qui offre des possibilités nouvelles pour acquérir un logement ou financer un projet de création d'entreprise. On notera que ce système public d'héritage pour tous permet en outre à chaque jeune adulte de disposer d'un capital à l'âge de 25 ans, alors que l’héritage privé conduit à des incertitudes considérables sur l'âge où l'on hérite (compte tenu des variations très fortes de l'âge au décès, aussi bien que de l'âge à la naissance des enfants), et en pratique à des transmissions de plus en plus tardives. Il faut d'ailleurs signaler que le système proposé ici permettrait un très fort rajeunissement des patrimoines, dont tout porte à penser qu'il serait une excellente chose pour le dynamisme social et économique.

Ressources (celles suggérées par André) :

Le site officiel de Piketty. Accéder notamment à ses slides/tableaux)

La conjuration des Egaux. Barbeuf (précurseur du communisme en 1796). Sur Wiki.

Le coefficient de Gini par pays sur un tableau (classement croissant et décroissant à faire jouer avec les flèches). Wiki.

Steven Pinker sur Ted (avec traduction/transcription anglais/français)

Jean Fourastié ou le prophète repenti. Cairn Info.

 

Autres ressources (suggérées par René)

Pauvreté : pourquoi la situation s’aggrave ?La question du jour. 6mn. France Culture.

La question des inégalités. Patrick Savidan, auteur du Dictionnaire des Inégalités et de la justice sociale. Matière à penser. Dominique Rousset

Les mécanismes des inégalités. Entendez-vous l'éco. France Culture. (La série des 4 émissions)

Les bénéfices de l'inégalité. 3mn. Les nouvelles de l'éco. France Culture.

Le capitalisme à l’heure de l’exaspération sociale. Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie. Sur Radio Campus

Gracchus Babeuf. Les biographies de la Toupie.

Quel niveau d’inégalités peuvent supporter nos sociétés ? Entendez-vous l'éco. France Culture

Mireille Delmas-Marty. Manifeste pour une mondialité apaisée. Texte et conférence.

La démocratie capturée par le marché. Episode 9. Alain Supiot. Cours du Collège de France.

- Capital & idéologie - Conférence de Thomas Piketty. Master Classe University de Genève.

Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes » Reporterre. Quotidien de l'écologie.

D'où vient la notion de "seuil de pauvreté". Angus Deaton, prix Nobel d’économie et à l’origine de la notion de "seuil de pauvreté"


Voir tableaux sur le forum ici

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus