L'universel, la seule voie possible pour s'émanciper ? A partir d'un texte de Francis Wolff

Options d'événement

Invités confirmés

L'universel, la seule voie possible pour s'émanciper ? A partir d'un texte de Francis Wolff

L'universel, la seule voie possible pour s'émanciper

(du carcan de la mondialisation et de ses rivalités ) ?

 

La question pour notre prochain débat nous est directement suggérée par un article de Francis Wolff paru dans AOC (lien dans les ressources plus bas).

Francis Wolff observe un paradoxe : Jamais nous n’avons été aussi conscients de former une seule humanité (la progression des moyens de transport et de communication, notamment depuis l’Internet et le développement des réseaux sociaux, le fait que nous sommes exposés aux mêmes risques planétaires : épidémies, changement climatique, catastrophe nucléaire, épuisement des ressources naturelles, extinction des espèces, crise économique mondiale, etc), et pourtant l’unité de l’humanité et les valeurs universalistes qui lui sont associées reculent dans les représentations collectives.

Or, pour Francis Wolff, c'est le point fixe des valeurs de l'universel qui offre à l'humanité l'horizon de son éthique. Qu'en pensez-vous ? Doit-on et peut-on repenser l'idée de l'universel ?

 

Quelques éléments contre l'idée d'universalisme :

- L'universel est un concept abstrait, il ne s'applique à personne.

- Ce sont les dominants qui l'utilisent pour asseoir leur domination occidentale ou, à l'inverse, ce sont les dominées qui l'utilisent pour, derrière un esprit de revanche, revendiquer des droits ?

- L'universel se présente comme neutre, or il ne l'est jamais, il est toujours "situé" par des gens, revendiqué pour des raisons particulières.

- L'universel nie les particuliers, les singuliers, il est disciminant des minorités pour survaluer une normativité.

 

Deux citations qui iraient dans le sens de l'universel (tiré de l'article de Wolff) :

: « Moi, l’homme de couleur, je ne veux qu’une chose : Que jamais l’instrument ne domine l’homme. Que cesse à jamais l’asservissement de l’homme par l’homme. C’est-à-dire de moi par un autre. Qu’il me soit permis de découvrir et de vouloir l’homme, où qu’il se trouve. Le nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc »

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs.

 

« Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, aussi certainement que je ne suis pas libre si l’on me prive de ma liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité »

Nelson Mandela.

 

Proposition d'un plan pour l'échange :

- Qu'est-ce que l'universel ? (Qu'est-ce qui est univervel, y-a-t-il de l'universel) ?

- Peut-on, doit-on le penser à nouveau (comme ressource /cadre / guide pour un partage de valeurs communes ?)

- Si oui, comment, à quelles conditions ?

 

Un cadre de définitions et de distinctions :

Universel / Général /Particulier / Singulier

- Universel

Qui concerne l'univers tout entier.

Qui ne souffre aucune exception.

Qui concerne tous les éléments d'une classe.

En logique classique, une proposition universelle est une proposition dont le sujet est pris universellement, c'est-à-dire dans toute son extension. Ex.: "Tous les hommes sont mortels".

 

- Général (commun, majoritaire)

Qui s'applique à plusieurs, voire, à la majorité.

Par abus de langage, synonyme d'universel.

 

- Particulier (spécifique à une classe, une catégorie de choses)

Qui appartient en propre à un individu (dans ce cas, synonyme de singulier) ou à une classe restreinte d'individus.

En logique classique, une proposition particulière est une proposition dont l'extension du sujet est restreinte à une partie de ses membres. Ex.: "Quelques hommes sont grands".

 

- Singulier (unique, sans double)

Ce qui est unique.

Ce qui est un individu.

En logique classique, une proposition singulière est une proposition dont le sujet est singulier. Ex.: "Socrate est un homme".

 

Des ressources.

L'article de AOC qui nous a servi de support (en libre accès ici)

Une conférence de Francis Wolff sur l'éthique et l'universel. Février 2020. Durée 45mn. Université de Namur.

La crise de l'universel. Francis Wolff en débat avec Chantal Delsol. Répliques. France Culture.

- Francis Wolff : «Seules les idées universalistes permettent la coexistence des cultures» Article de France Culture.

 

Pour aider à la structuration du débat

Le plus souvent, le débat se cherche tout en s'élaborant au fur et à mesure des interventions. Mais voici quelques indications pour aider à cette co-construction et minimiser ainsi le risque de dispersion :

- On met en lien son intervention avec la question de départ.

- On s'efforce d'expliquer (de rendre claire) les raisons de sa pensée,

- L'idée est d'essayer de faire progresser le débat, c'est-à-dire, d'en clarifier les enjeux (sociaux, philosophiques, éthiques...).

- Pour cela, on peut essayer d'identifier les présupposés à partir desquels les propositions sont faites,

- On peut également repérer les thèses (les idées défendues), formuler les problématiques (les contradictions) qui sous-tendent soit les idées défendues, soit les argumentations.

- Dans la mesure du possible, on évite de se répéter, de donner des conseils, de faire la promotion de ses convictions sans les questionner.

- On n'hésite pas à poser des questions et/ou à questionner les propositions. 

- On part du principe que chacun est grand et qu'il est le souverain de sa propre personne. Autrement dit, personne n'est le maître de personne.B)

 

 

Forum

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus