Pourquoi nous soucions-nous si peu de notre FUTUR ? Présenté par Britt

Options d'événement

Invités confirmés

Pourquoi nous soucions-nous si peu de notre FUTUR ?   Présenté par Britt

Prochain sujet : Pourquoi nous soucions-nous si peu de notre FUTUR ?

Suggéré et introduit par Britt, co-auteur avec Christian du site : 

Rencontres et Débats Autrement, (cliquer ici pour y accéder)

 

Lien de participation à la réunion Zoom :

 

us02web.zoom.us/j/82991873181?pwd=NHAzQUJoZGF5RnJSb2dyTjNUM1pIQT09

 

ID de réunion : 829 9187 3181

 

Code secret : 264413

 

Connexion dès 18h45 pour socialiser. Débat à 19h00

 

 

Pourquoi nous soucions-nous si peu de notre FUTUR ?

 

Voici les questions par lesquelles je voudrais présenter ce sujet:

 

1° Selon le neuroscientifique Sebastian BOHLER, auteur du bestseller « le Bug Humain », nous serions déterminés par le striatum de notre cerveau. Ce dernier nous pousse à vouloir « Toujours plus », à rechercher des satisfactions de façon compulsionnelle et donc, à aller bien au-delà de ce que la raison nous dicte de nos besoins de bases. Dans son 2e ouvrage, paru cet automne, « OÙ EST LE SENS ? », Sebastian BOHLER donne au contraire espoir dans le genre humain dont le cerveau dispose aussi d’un cortex singulaire, lequel nous inciterait à une quête de sens.

Sommes-nous seulement déterminés par la physiologie de notre cerveau et enfermé dans notre être ? Je ne le pense pas.

Notre Socialisation, par le système néolibéral axé sur l’individualisme, le consumérisme et le présentisme, « après moi le déluge », nous formate depuis plus d’un siècle. A mon sens, l’homme est aussi, selon Freud ou René Girard (les sciences humaines en général), un être tiraillé entre ses pulsions, le sens de son plaisir, mais aussi selon un sens éthique qui lui commande de prendre soin des générations et de son environnement.

 

Donc, pourquoi nous nous soucions si peu de notre FUTUR ?

Quelles sont vos raisons ?

 

Organisation du débat pour qu’il soit « philosophique » :

Remarquons qu'un lien est fait entre "physiologie" et rapport aux valeurs de sens (philosophie) et entre entre individu et société. Dans un premier temps, on peut évoquer comment s'articule les liens entre ces domaines, mais ne nous dispersons pas dans toutes les raisons que l’on pourrait trouver. 

> Gardons à l’esprit qu’il y a nécessairement plusieurs raisons, et qu’elles se trouvent en tension les unes avec les autres. Essayons de rendre compte des tensions qui se jouent et de formuler les problématiques qui se posent.

 

Dans un second temps, nous essaierons de retenir une question parmi toutes celles qui ont émergé, de sorte à l’approfondir, à dégager les enjeux les plus fins ou les plus universaux que nous pensons pouvoir déceler.

Merci de votre contribution à ce débat.

 

Quelques ressources

Pourquoi notre cerveau nous pousserait à détruire la planète. Sébastin Bolher. 4mn sur Brut.

Sébastien Bohler : Où est le sens ? interviewé par Fabrice Midal (philosophe) 56mn
-
 L'accélération du temps. Hartmu Rosa brillamment expliqué par Guillaume Fleurance. 

Le but de la vie. Audio philosophique du Précepteur. 28mn

Quel avenir pour l'humanité ? Un échange entre Jean-Marc JANCOVICI et un économiste sur la chaine Euréka. 1h36

Gael Giraud, cataclysme économique mondial et chomage de masse. interview de Blast média

La violence symbolique. Une vidéo explicative de 6mn de Sociothèque. (ou si vous préférez : Bourdieu interviewé ici, vidéo 11mn)

Géopolitique : vers des guerres climatiques ? Jean-Michel Valantin. Une interview de Greenletter.

Convention citoyenne : une révolution écolo ? Grégoire Fraty au Festival des Pluies de Juillet. Une interview de Greenletter

Qui sont les "délaissés"? Interview exclusive de Thomas Porcher. Sur 39.9

Harari, comment Sapiens est devenu le maître du monde. Le précepteur.

Hans Jonas, la responsabilité en éthique. Une vidéo de présentation en 6mn.

Nous et les autres. Série de 4 émissions avec : Philippe Descola, Vinciane Despret, Glenn Albrecht.. La Grande Table. France Culture.

 

Connexion dès 18h45 pour socialiser. Débat à 19h00

 

Comment procéder si vous venez pour la première fois ?

- On peut assister à la rencontre sans intervenir, et juste pour écouter.

- Les non-habitués du café philo d’Annemasse sont les bienvenus.

- Connectez-vous en avance pour socialiser, vous installer confortablement, vous familiariser avec l'usage de Zoom.

 

Quelques indications techniques pour participer

- Si vous ne parlez pas, coupez votre micro (évite les bruits de fond, ce qui est plus confortable pour tout le monde)

- Inscrivez votre nom pour demander la parole. (Elle est donnée à chacun son tour, dans l'ordre des demandes, avec une priorité pour les participants qui s'expriment le moins).

- Réactivez votre micro quand Brigitte ou Laurence (animatrices) vous donnent la parole

- Du papier et un crayon à vos côtés peuvent vous rendre service.

- Installez-vous confortablement avec une boisson et vivez notre moment d'échange comme un moment plein d'attention et de curiosité 

B)

 

Quelques indications pour participer au débat.

Si vous en avez la possibilité, précisez la nature de votre intervention : demander une précision, revenir vers le sujet, apporter une information, demander un éclaircissement, poser une question, soulever une objection...

On peut également intervenir brièvement par le tchat (conversation écrite) pour répondre à un intervenant, préciser son intervention. L'animatrice lit le plus souvent vos interventions.

- Souvenez-vous : vous êtes dans un café philo, vous devez témoigner de votre attention à questionner vos pensées, et non pas d'affirmer ce que vous croyez être vos vérités.

- Attention également à ne pas répéter ici ce que vous entendez sur vos écrans tv, ne reproduisez pas, lors de nos rencontres, les manières de débattre mises en spectacle par les médias qui recherchent le buzz. Ce n'est pas notre but que de les imiter, nous ne sommes pas dans des rapports de force et de pouvoir, mais dans un rapport réflexif : mise en perspective des savoirs, mise en dialogue des argumentations .

 

Pour limiter les effets de dispersion dans le débat :

- Évitez de multiplier les exemples, de citer de longues expériences, de vous lancer dans de longues explications, mais allez au fait de votre argumentation.

- On s'efforce de relier son intervention au sujet, de mettre en lien ce que l'on dit avec ce qui a été dit. On ne s'installe pas comme un donneur de leçon, un conférencier.

- Pour favoriser une circulation de la parole, on reste concis.

- On s'attache non pas à affirmer son opinion, mais à expliquer les raisons de sa pensée. En effet, c'est sur la base des argumentations, que l'on met en lien avec la question/le thème de départ, que l'on peut faire progresser le débat, c'est-à-dire, en clarifier les enjeux.

- Si possible, on tente d'identifier les thèses, les problématiques philosophiques qui sous-tendent notre argumentation.

 

Pour agir sur la structure dynamique du débat, chacun peut situer le registre ou la typologie de son intervention, par exemple :

> en relevant des contradictions,

> en répérant une thèse défendue dans une intervention,

> en formulant une problématique (une contradiction entre deux interventions),

> en soulignant le présupposé d'une intervention, ses implicites.

> en formulant un contre argument,

> en apportant un nouvel argument, notamment si la discussion bute sur une impasse,

> en reformulant la question à laquelle vous apportez une réponse,

> en résumant quelques interventions, de faire une micro synthèse, de recentrer le débat,

 

D'un point de vue technique (Michel Tozzi et François Galichet), la philosophie mobilise quatre grandes compétences cognitives : conceptualiser, problématiser, argumenter et interpréter. On se concentre sur ces aptitudes de sorte à ne pas se contenter ici du simple échange de ses idées, du plaisir à étaler ses savoirs, de l'arrogance à se donner raison.

 

> Merci à tous de vos contributions, de vos suggestions.

 Forum ici

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus