Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: A quoi servent les religions ? Sujet proposé par Frédéric pour lundi 07 mai 2018. + Un bref compte-rendu + un schéma

A quoi servent les religions ? Sujet proposé par Frédéric pour lundi 07 mai 2018. + Un bref compte-rendu + un schéma il y a 1 an 8 mois #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 740
  • Remerciements reçus 33
A quoi servent les religions ?
Merci à Frédéric pour la proposition de son sujet

Cette question, et les suivantes ci-dessous, me sont suggérées par le texte "Dans l'esprit de Dieu", de Benjamin Grant Purzycki, anthropologue travaillant au Centre pour l'évolution humaine, la cognition et la culture de l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, que je résume ci-dessous. Frédéric.

Questions suggérées
- Les religions mettent en place une morale collective comprenant à la fois le respect des hiérarchies, la reconnaissance et la protection de chacun, elles limitent les conflits individuels et se trouvent légitimées et policées par la conviction de chacun qu'un dieu omniscient et omniprésent veille sur lui. L’unité des comportements ainsi permise renforce considérablement l'efficacité de la collectivité. Les problématiques et la résolution des conflits inter-groupes sont dès lors associées à l'efficacité de leurs diverses structurations religieuses. En conséquence, l'évolution des religions est-elle darwinienne ?

- Faut-il en déduire que les systèmes laïques, se revendiquant d'une construction rationnelle, fournissant des réponses plus convaincantes et surtout beaucoup plus plus opérantes, témoigneraient des plus récentes évolutions ?

- Sous cet éclairage, est-ce que les luttes fondamentalistes actuelles ne seraient que les ultimes soubresauts d'un univers en disparition, balayé par une évolution dont la vitesse, la puissance, la globalité et la brutalité dépasse toutes celles du passé ?

- Le monde connecté qui se met en place depuis 20 ans permet à des organisations de répertorier, d'adresser et d'exploiter des parts sans cesse croissantes de nos savoirs collectifs et privés. Sommes-nous les témoins ou les créateurs de l'évolution d'une nouvelle religion ?

Texte de référence de Benjamin Grant Purzycki (anthropologue)
- Article traduit ici, Dans l'esprit des dieux.
- Accessible ici en anglais (orginal) sur Aeon.

Un extrait du texte relatant une expérience :
Dans une étude (Journal of Experimental Child Psychology, 2011), le psychologue Jared Piazza de l'université de Lancaster et ses collègues ont raconté aux enfants l'histoire d'une princesse fantomatique vivant dans leur laboratoire. Bien que ces enfants n'aient jamais entendu un soupir du fantôme, ils ont moins triché sur un jeu difficile qu'un groupe témoin d'enfants qui n'avaient pas entendu l'histoire. Cela suggère que dieux, fantômes et autres esprits incorporels pourraient nous amener à bien nous comporter - en particulier si nous supposons que les dieux connaissent notre comportement, et surtout si nous pensons qu'ils peuvent interférer dans nos affaires.
Autrement posée, la question pourrait être : pouvons-nous nous passer d'une instance "magique" régulatrice de nos comportements moraux ?

Un résumé de l'article de Benjamin Grant Purzycki
Les dieux sont omniscients, et s'intéressent essentiellement aux questions morales plutôt qu'aux questions non morales.
De façon générale, nous prêtons aux esprits désincarnés une connaissance plus étendue et plus infaillible que celle de nos semblables; cette connaissance va orienter nos conduites, que nous rendrons plus conformes aux préceptes de nos morales.
Le Dieu Abrahamique semble être un Big Brother punitif et paranoïaque qui observe et se préoccupe toujours de nos crimes. Tous les dieux ne sont pas aussi moralisateurs.

Au sud de la Sibérie, dans la république de Touva, la religion pratiquée est un mélange de bouddhisme tibétain et de chamanisme. Les dieux locaux à Touva ne sont pas concernés par la moralité dans le sens Abrahamique ou occidental; ils se soucient plutôt des rituels et de la protection des ressources telles que les ressources naturelles. Ils ne sont pas punitifs. Cependant, si vous ne les respectez pas ou si vous oubliez de faire une offrande, votre chance peut changer rapidement; et les Tuvans investissent beaucoup plus de confiance dans ceux qui respectent toujours les esprits locaux que dans ceux qui ne le font pas.

Des exemples similaires, relevant de l' "éco-théologie" utilisée par le Pape François dans son discours de 2015 contre le changement climatique, ont été étudiés à Bali (où les rituels d'eau dédiés aux dieux aident à irriguer les rizières au fond d'un système montagneux) ou en Australie occidentale (ou les Martuaborigènes brûlent soigneusement des parcelles de terrain et, ce faisant, accroissent la population des varans locaux qu'ils chassent, en respectant les volontés des êtres ancestraux et la loi sacrée, "The Dreaming").

Les dieux semblent se préoccuper des choses qui, en moyenne, limitent les risques spécifiques locaux et les engagements coûteux. Les systèmes religieux se conforment de manière prévisible aux problèmes locaux, et les dieux dirigent notre attention vers les moyens de résoudre ces problèmes. Plus poignant, les invocations aux esprits des dieux incitent les Autres à porter leur attention sur les moyens de minimiser les effets de ces problèmes.

Les esprits des dieux ne sont que des éléments particuliers des systèmes complexes de coordination et coopération humaine.
Des impératifs moraux des religions abrahamiques aux brûlis des Martus, les connaissances et les préoccupations des dieux induisent chez les individus des comportements pouvant leur procurer des avantages. Si nous considérons les religions comme des stratégies organisationnelles, l'efficacité des dieux en tant que tactiques pour réguler et justifier les conduites est tout à fait impressionnante. Les soi disant conflits "religieux" sont des conflits de stratégies concurrentes.

Les dieux semblent être la production d'un groupe essayant d'en influencer d'autres qui négocient aussi les coûts et les avantages d'être en vie à un endroit et à un moment précis. Ce sont des forces importantes dans la mobilisation et l'organisation humaine.

Envisager les dieux en tant que stratégies organisationnelles aide à expliquer les aspects relativement bénins des nombreuses traditions mais aussi à expliquer les appels racistes, sexistes, homophobes et bellicistes qui sont noyés dans nos rhétoriques religieuses : trouvez un groupe vulnérable ou étranger, diabolisez-le en déclarant que les dieux les haïssent, citez des sources autoritaires, faites appel à des concepts vagues et mystérieux (immortalité, liberté, martyre, djihad) et les liens entre vos fidèles seront renforcés.

Les dieux sont toujours là en partie parce qu'ils engagent des systèmes psychologiques profonds et intuitifs qui modifient subtilement nos pensées et nos comportements. Et notre fascination pour l'esprit des dieux vient aussi de leur contribution à notre survie. Quand les menaces sociales et écologiques à notre survie évoluent, les dieux font souvent de même. Les anthropologues ont longtemps caractérisé les religions comme des reflets de la société; Des observations plus récentes suggèrent que les sociétés pourraient être des reflets de la religion. Mais les deux points de vue sont beaucoup trop simplistes. Au lieu de cela, un enchevêtrement de liens rétroactifs relie nos religions, nos sociétés et nos esprits. La science n'a pas encore compris ce qui en nous - simples points sur ce continuum désordonné - conserve les dieux.

Les dieux restent également importants par leurs fonctions. Nous pouvons nous tourner vers des endroits avec relativement moins de religiosité pour voir pourquoi les dieux sont si importants partout ailleurs. Dans les régions prospères où les formes laïques de services sociaux et de justice deviennent vraiment efficaces, la religiosité diminue. Cette relation inverse entre la justice laïque et l'égalité économique et l'adhésion religieuse suggère que les fonctions sociales de la religion peuvent être cooptées par des institutions laïques, rendant ainsi notre obsession de ce que Dieu sait et de ce qui lui importe plus ou moins hors de propos.

Vu l'efficacité des dieux, pouvons-nous les supprimer ? Dans un sens, la réponse est très claire: Bien sûr, nous pouvons faire sans eux. Nous l'avons toujours fait. Notre défi dans les jours à venir est de créer un monde plus durable et plus équitable où davantage auront le luxe non seulement de l'admettre, mais aussi - et plus important - d'accepter de vivre ensemble de façon responsable et harmonieuse avec cet aveu.

Autres ressources

- Conférence : A l'origine des sociétés. Maurice Godelier. Anthropologue.
- Conférence : Les aborigènes, une religion sans dieux. Alain Testart. Anthropologue.
- Les 5 preuves de l'existence de Dieu, selon Descartes. Cyrus North, philosophe youtuber.
- Numérique et religion. Le numérique est-il un nouvel humanisme ? Serge Tisseron qui invite Milad Doueihi. France Culture.
- Quand l'histoire fait dates : l'an 33, la crucifixion de Jésus. Patrick Boucheron. Arte (27mn)
- Quand l'histoire faite dates: le 24 septembre 622. L'an 1 de l'islam. Patrick Boucheron. Arte (27mn)
- La science rend-elle la religion impossible ? Débat entre Etienne Klein (philosophe physicien et Lydia Jaeger, théologienne.)
- Les grandes questions. Emission de Franz-Olivier Giesbert, avec Michel Onfray, Tariq Ramadan, Sophie Graziani, Fouazia Zouari, Matthier Rougé.
- Le Coran décrypté. Jacqueline Chabbi, agrégée d'arabe, docteur ès lettres. Conférence à l'Institut du Monde Arabe.
- Lire le Coran autrement. Jacqueline Chabbi interviewée par Mediapart.
- La violence dans le Coran. Conférence de Jacqueline Chabbi.
- La Bible n'est pas tombé du ciel. Thomas Romer. Exégète, philologue, bibliste. Collège de France.
- Jésus, Mahomet, Moïse : étaient-ils des hommes de pouvoir ? Gérard Mordillat, Jean-Christophe Attias, Faouzi Skali à l'Institut du Monde Arabe.
- Peut-on nier la théorie de l'évolution ? Les idées claires. France Culture.
Ressources à lire
- Regard anthropologique sur les interdits alimentaires. Isabelle Bouard. Ethnologue.
- Le symbolique et le sacré. Revue de presse de François Gauthier. Journal du Mauss.
Dernière édition: il y a 1 an 8 mois par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.

A quoi servent les religions ? Sujet proposé par Frédéric pour lundi 07 mai 2018. il y a 1 an 8 mois #2

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 740
  • Remerciements reçus 33
Un compte-rendu de quelques problématiques évoquées.

Le débat était riche, intéressant, bien qu'il ait navigué entre deux problématiques de fond :
- Que peut-on croire des religions aujourd'hui ?
- Pourtant, si les gens croient de moins en moins, malgré la radicalisation de certains groupes religieux, le besoin de croire (quelle que soit la croyance), ou de partager des valeurs, est nécessaire à la vie en société.
- Se pose la question, d'où viendra ce qui peut faire valeurs communes dans le monde d'aujourd'hui ? Internet jouera-t-il un rôle dans l'établissement des "nouvelles valeurs" que l'humanité partagera ?
- Environ 25 personnes étaient présentes.

Un schéma de quelques problématiques. Cliquer ici, si l'image ne s'affiche pas. Merci.



Sujets corrélés :
- Dieu est-il vraiment mort ? ( + compte-rendu et schéma)
- Les religions sont-elles une fuite de la réalité ? ( + compte-rendu et schéma)
- Que peut-on attendre de la méditation ?( + compte-rendu et schéma)
- Le sacrifice a-t-il encore du sens ?( + compte-rendu)
- Eloge de la lucidité et spiritualité laïque, comment ça marche ?( + compte-rendu et schéma)
- Quels liens entre science, religion et raison critique ?( + compte-rendu et schéma)
- Peut-on vivre sans croyance ? ( + compte-rendu et schéma)
- Peut-on fonder une morale sans Dieu ? ( + compte-rendu et schéma)
Dernière édition: il y a 1 an 8 mois par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus