Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Sommes-nous prêts pour la fin du monde ? Question reprise de France Culture pour notre débat ce lundi 28.01.2019

Sommes-nous prêts pour la fin du monde ? Question reprise de France Culture pour notre débat ce lundi 28.01.2019 il y a 3 mois 5 heures #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 687
  • Remerciements reçus 32
Sommes-nous prêts pour la fin du monde ?

Le titre est repris de l’émission, les Chemins de la philosophie, diffusée dans le cadre d'une journée spéciale consacrée au réchauffement climatique par France Culture. Et, ci-dessous, mon introduction reprend quelques éléments d’information collectés lors de la journée

La formulation du problème par Etienne Kein : Le mode de développement du monde moderne est victime d’une contradiction : il se pense comme universel par son mode de vie mondialisé (croissance, progrès, amélioration de son confort de vie, associée ou non, à l’accumulation de biens matériels), tout en sachant que l’extension démographique et la durabilité de notre mode de vie se heurtent à des obstacles physiques (réchauffement climatique, atmosphère irrespirable, épuisement des ressources fossiles).
- Peut-on penser un mode de développement universalisable à l’échelle de l’humanité, et de façon durable ? Ce qui suppose, dans un rapport d'égalité entre tous, que chacun peut vivre selon un mode de vie calqué sur celui de son voisin.

Quelques réponses envisagées par rapport à la question de savoir si nous sommes prêts ou non
Nous ne sommes pas prêts :
1° car l’urgence ne se présente qu’avec une évidence mitigée (davantage d’alertes météos, mais nos modes vie, moyennant des adaptations à la marge (tri des déchets), n'évoluent pas.
2° le discours savant, en ce qu’il est scientifique, aseptise l’émotion et laisse entrevoir des solutions… qui ne font pas fait leur preuve, et ne peuvent le faire (voir plus bas les contraintes que la physique impose pour un changement efficace : la neutralité carbone).
3° Nous ne sommes pas prêts socialement (politiquement, économinquement) et psychologiquement (peur du changement, gestion du stress, non-préparation, hyper compétition) à vivre dans un monde qui demande plus de concertation, plus d'écoute, plus de coopération, plus d'interactions, de réciprocité...

Pourquoi on ne change pas, malgré les signes d’urgence ?
- L’ignorance (en partie) et la complexité des phénomènes rendent difficile la question des choix à faire.
- Le sentiment d’impuissance individuelle.
- Le conservatisme (on résiste naturellement au changement).
- Idéologie progressive (on croit que l’on s’en sortira toujours, mais on oublie le coût qu'en paie l’humanité dans son ensemble.)
- En général, les plus riches ou les gagnants du système adopte une justice assumée du type post-darwinienne : ceux qui s’en sortent gagnent, tant pis pour les autres (oubli d'une intelligence collective/sociologique qui façonne les comportements des groupes sociaux).
- l’inertie des groupes, de l’économie, des sociétés exigent des engagements, des coûts et une organisation farimineuse.
- la gestion des problèmes en l’urgence (adaptation au climat) empêche de penser la gestion sur le long terme.
- On ne passe pas d’une réforme (progressive) à une révolution radicale du mode de vie sans une rupture, un saut qualitatif.

La difficulté d’une réponse à envisager
L’éthique qui doit être construite maintenant n’existe pas. Depuis les Lumières, l’éthique a été pensée comme un aboutissement dans un monde, certes inégal mais allant vers l'égalité, et qui appelait à se développer indéfiniment pour conjuguer à la fois l'égalité et la liberté. Aujourd’hui, les contraintes de l’environnement demandent que se construise une éthique dans un monde limité, donc moins libre. Faut-il à nouveau aller vers moins d'égalité ?

Proposition pour notre rencontre : bien que grossièrement informés des problèmes posés, quelles sont les questions (et dans quel ordre) allons-nous les partager pour notre débat ?

Ressources
- Sommes-nous prêts pour la fin du monde ? Invités : Cynthia Fleury, Pierre-Henri Castel, Dominique Bourg. Les chemins de la philosophie. France Culture.
- Recherche : préparer la vie à +2°C. La méthode scientifique. France Culture.
- Bienvenue dans un monde fini : Conférence de Jancovi. A VOIR ABSOLUMENT si vous ne faites pas les liens entre notre mode de vie, l'énergie, l'économie et la politique. Tout est très clair, bien expliqué avec beaucoup de schémas.
- Les fictions climatiques vont-elles sauver la planète ? La Grande Table. France Culture.
- La croissance est-elle nécessaire ? Les Idées Claires de France Culture. Durée : 5mn)
- A ne pas écouter si vous souhaitez rester calme : Cécile Duflot, ex ministre, ex secrétaire nationale des Verts, aujourd'hui à la tête de l'ONG Oxfam France. Invité d'Etienne Klein à la Conversation Scientifique, vous serez effaré de son ignorance abyssale concernant les questions d'énergie et d'environnement.

Autres sources :
- Les bons articles de The Conversation (en français) sur l'environnement/l'énergie ici.
- La mort du progrès nous laisse vides et angoissés. Article Le Temps.

Quelques éléments de connaissance :
- Le planètoscope : La limite à ne pas dépasser en concentration de co2 est de 350ppmm, mais ce niveau est constamment dépassé depuis 1988. En 2017 il était de 405ppm. Le Giec prévoit une augmentation de 25 à 90% jusqu'en 2030 de cO2.
- The Conversation. Quel climat nous préparons-nous ? Si nous respectons les accords de Paris (Cop 21), la température moyenne sera de 2° (fourchette basse). Or, au-delà des 1°5, les conséquences sur le climat sont déjà quasiment imprévisibles et le coût en termes de capacité d'adaptation, inimaginable.
Si rien ne bouge (ce qui est la tendance aujourd'hui puisque tout s'aggrave), en 2085, le réchauffement se situe dans le haut de la fourchette, 4 °C.
Autres données qui posent problème :
- Un pays dont la démographie croît voit nécessairement son taux d'émission de co2 croitre également. Or, à l'horizon 2050, nous serons entre 2 et 3 milliards d'individus supplémentaires sur la planète.
- Aucun économiste ne peut imaginer une société sans croissance du PIB, or il n'est pas possible d'associer un PIB qui croît avec une énergie qui décroît. L'augmentation du PIB s'accompagne nécessairement d'une augmentation de co2.
- La transition écologique : supposons que tout soit fait pour acter la transition écologique de telle sorte que le maximum soit mis en oeuvre. Si toutes les voitures (prenons cet exemple) étaient électriques, cela générerait une augmentation de co2 plus importante que s'il s'agissait de voitures classiques, car la construction des voitures électriques est plus complexe et couteuse en énergie, en émission de co2, en pollution des eaux, en ressource de métaux rares...
En bref, on se prépare un monde non tenable à moyen terme sans que des milliers/millions de personnes soient sacrifiées sur l'hotel d'un progrès, somme toute discutable.
Dernière édition: il y a 2 mois 3 semaines par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus