Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Que faire du corps après la mort ? On en parle pour lundi de Pâques, le 22.04.2019

Que faire du corps après la mort ? On en parle pour lundi de Pâques, le 22.04.2019 il y a 1 mois 1 semaine #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 697
  • Remerciements reçus 32
Que faire du corps, du sien, de celui des proches après la mort ?

Ce que l’on envisage de faire de son corps au moment de la mort est tout à fait lié aux représentations que l’on a de la vie en général, ou à une forme d’idée (laïque, religieuse, spirituelle, philosophique) de ce qui reste de la vie, sans le corps.

C’est le reportage sur la RTS (cliquer ici) qui me suggère la question. Les pratiques mortuaires évoluent, se différencient, et peut-être disent-elles quelque chose de notre société d'aujourd'hui. Voici des pratiques qui ont été évoquées :
- L’inhumation traditionnelle, pratique qui devient mineure.
- L’incinération qui, en Suisse, est majoritaire.
- Dispersion des cendres dans la nature : qui est interdite dans de nombreux pays.
- Dispersion dans un jardin des souvenirs, dans une forêt de son choix, ou dans une forêt du souvenir (chaque défunt devient un arbre).
- Compost : On dépose une graine (plante, fleur, arbre) au milieu des cendres du corps, et on met le tout en terre.
- L’humusation. Consiste à déposer son corps sur un lit de feuilles pour qu’il devienne humus.
- Aquamation (Canada): une dissolution par hydrolyse dans une eau chauffée à 96° fait totalement disparaître le corps. Le procédé est plus écologique que l’incinération.
- Promession (Suède) : Le corps est cryogénisé et transformer presque instantanément en poussière.

- L’envoie dans l’espace, faire un vinyle, diamantiser, c’est-à-dire transformer les cendres en un diamant, ces pratiques sont possibles aux USA.

Quelques questions qui s'ajouteront à vos réactions et questions :
- Certes, on pourrait penser le corps que sous son seul aspect matériel, mais cela revient-il à réduire également toute vie qu’au un seul registre immanent et utilitaire ?
- On peut également n’avoir aucune considération pour son propre corps, puisque nous n’y serons plus (Epicurisme et stoïciens confondus qui font peu de cas à la mort, chacun pour ses raisons). Mais qu’est-ce que cela dit de la considération que nous avons pour ceux qui nous ont connu, et pour la vie en général ? D'où une dernière question :
- Ce que nous faisons du corps à sa mort renvoie-t-il à une philosophie que nous avons de la vie en général ?

Quelques ressources
- Mon corps ? Et hop, au compost ! Le reportage de la RTD (durée 28mn)
- Face à la mort. Trois récits inattendus. Série documentaire sur France Culture.
- Que faire de nos morts ? La fabrique de l'histoire.
- Vivre avec la mort. LSD, série documentaire. France Culture.
- Régis Debray : Hasta la muerte ou le sens de la vie. Invité des Matins de France Culture.
- Quand les morts consolent les vivants. Vinciane Despret, philosophe et psychologue, Conférence à la Cité des Sciences.
Dernière édition: il y a 4 semaines 1 jour par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus