Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Les philosophes n'ont-ils fait qu'interpréter le monde ? (Karl Marx). On en parle ce lundi 17.06.2019

Les philosophes n'ont-ils fait qu'interpréter le monde ? (Karl Marx). On en parle ce lundi 17.06.2019 il y a 4 mois 2 jours #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 724
  • Remerciements reçus 33
Les philosophes n'ont-ils fait qu'interpréter le monde ? Sont-ils impuissants à le transformer ?

C'est la citation de Karl Marx qui me suggère la question de notre prochain débat :
– “Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde; il s’agit désormais de le transformer”. Karl Marx - 1818-1883 - Thèse sur Feuerbach

Proposition de méthode :
Interrogeons cette proposition de Karl Marx telle que nous le recevons naïvement. Par exemple : les philosophes nous aident-il à transformer le monde, sont-ils hors du monde (trop dans la théorie) ? Sont-ils impuissants ? Les idées sont-elles impuissantes face au réel ?Peut-on être philosophe sans s’engager à changer le monde ? Ce sera le 1er temps de notre débat.

Allons vers un second temps si l’évolution de nos échanges nous y conduit : Qu’est-ce que critique vraiment Karl Marx dans la philosophie « classique » ? Pourquoi et comment Karl Marx fait-il de sa philosophie une science, et non une idéologie ? Peut-on dire que la philosophie Marxiste contient des éléments de science ? En quoi certaines des analyses de Marx seraient encore actuelles, ou complètement dépassées ?

Autres citations de Marx :
- "Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions."
Critique de "La philosophie du droit" de Hegel, 1844

- "La production des idées, des représentations et de la conscience, est d'abord directement et intimement mêlée à l'activité matérielle et au commerce matériel des hommes : elle est le langage de la vie réelle."
Karl Marx - 1818-1883 - L'idéologie allemande

- "Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience."
Karl Marx - 1818-1883 - Oeuvres économiques

- "Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité."
Karl Marx - 1818-1883

- "Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre."
Karl Marx - 1818-1883

- "Abolissez l'exploitation de l'homme par l'homme et vous abolirez l'exploitation d'une nation par une autre nation."
Karl Marx - 1818-1883

- "Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s'implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations."
Karl Marx et Friedrich Engels - Le manifeste du parti communiste

"Par son exploitation du marché mondial, la bourgeoisie a rendu cosmopolites la production et la consommation de tous les pays."
Karl Marx et Friedrich Engels - Le manifeste du parti communiste

"Par l'amélioration rapide de tous les instruments de production, par les communications rendues infiniment plus faciles, la bourgeoisie entraîne toutes les nations, jusqu'aux plus barbares, dans le courant de la civilisation. Le bas prix de ses marchandises, est son artillerie lourde, avec laquelle elle rase toutes les murailles de Chine, avec laquelle elle contraint à capituler les barbares xénophobes les plus entêtés. Elle contraint toutes les nations, sous peine de courir à leur perte, à adopter le mode de production bourgeois ; elle les contraint d'importer chez elles ce qui s'appelle la civilisation, autrement dit : elle en fait des nations de bourgeois. En un mot, elle crée un monde à son image."
Karl Marx et Friedrich Engels - Le manifeste du parti communiste

– “La théorie est capable de saisir les masses, dès qu’elle argumente ad hominem, et elle argumente ad hominem dès qu’elle devient radicale”

Ressources à écouter ou à lire :
- Le Capital, toujours utile pour penser la question économique et sociale? Thomas Piketty et Karl Marx (1/4). La Fabrique de l'Histoire, une série consacrée à Karl Marx. France Culture.
- Le Capital de Karl Marx (2/4) Remettre la philosophie sur ses pieds. Les Chemins de la philosophie. Une série consacrée à Karl Marx.France Culture.
- Des nouvelles de Marx (2/4). Luttes des classes, encore et toujours. Entendez-vous l’éco. Une série consacrée à Karl Marx.France Culture.
- Louis Althusser : "Les philosophes sont des intellectuels sans pratique, à distance de tout". Conférence d'Emmanuel Terray. France Culture.
- "Egalité ou inégalité des chances en matière d'éducation ?" Pierre Bourdieu répond aux auditeurs. France Culture.
- Marx et sa conception déflationniste de la philosophie. Article d'Emmanuel Renault. Cairn Info
- Marx entre réalisation et dépassement de la philosophie. Principes d’une lecture philosophique du Capital. Article de Jean Vioulac. Cairn Info.
Dernière édition: il y a 3 mois 3 semaines par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.

Les philosophes n'ont-ils fait qu'interpréter le monde ? (Karl Marx). On en parle ce lundi 17.06.2019 il y a 3 mois 3 semaines #2

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 724
  • Remerciements reçus 33
Je tombe sur une autre citation de Marx que je trouve intéressante :

"Je suis laid, mais je puis m'acheter la plus belle femme : aussi ne suis-je laid, car l'effet de la laideur, sa force rebutante, est annulée par l'argent. Je suis en tant qu'individu, un estropié, mais l'argent me procure vingt-quatre pattes ; je ne suis donc pas estropié ; je suis un homme mauvais, malhonnête, sans scrupule, stupide : mais l'argent est vénéré, aussi le suis-je moi-même, moi qui en possède."
Economie et philosophie, in P. II, p.99
Pour Marx, l'argent n'est pas un simple moyen d'échange universel pour fluidifier l'échange des marchandises, il est le vecteur d'un brouillage des qualités humaines (dont l'extrait est un exemple) et il modifie les structures du mouvement des marchandises.

Comment les structures du mouvement sont-elles modifiées ?
Au lieu d'échanger une marchandise contre de l'argent (de simplement la vendre ou de l'acheter), la plus-value (la marge d'intérêt) est recherchée pour elle-même et ce, quelle que soit la marchandise échangée. Concéquence, seul l'argent gagné compte et la marchandise n'a plus aucun intérêt. Seconde conséquence : la marchandise devient fétiche, puisqu'elle n'a aucune importance, il s'agit de produire et de produire tout et n'importe quoi, y compris ce qui est dangereux, nuisibles pour l'être humain. Il s'agit également d'innover pour innover, pourvu que l'on fasse de l'argent. La valeur d'usage du produit devient seconde, ce qui importe, c'est son marqueur social, càd, qu'on l'aime ou qu'on l'achète pour d'autres raisons que son usage particulier. Le fétiche, à l'origine, tient dans le caractère magique que l'on accorde à un objet (animisme) et au pouvoir qu'il exerce. Le fétichisme des objets, c'est oublier que, ce qui échanger, en vérité, c'est la force de travail que l'échange de marchandises et d'argent a rendu abstrait.
Troisième conséquence, mais qui est la première dans le système capitaliste, qui paie le prix fort de ce système ? Le travailleur.
La plus-value se fait sur le dos des travailleurs qui ne bénéficient jamais à hauteur des marges réalisées, des bénéfices captés, au contraire, le système capitaliste cherche à se débarasser du travailleur (à le remplacer par des machines) ou à lui donner simplement ce qu'il faut pour qu'il ne meurt pas. Le travailleur est devenu une marchandise dont on compresse le prix en puisant au maximum dans ses ressources (son sang et sa sueur). Le capitalisme déshumanise l'être humain.

D'où cette lecture de Marx de l'histoire comme celle d'une lutte de classes et où les êtres humains se sont aliénés eux-mêmes (les dominants comme les dominés), à la différence que les premiers tirent fierté et pouvoir de leur rôle de dominant:
"Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître artisan et compagnon, — en un mot oppresseurs et opprimés, dressés les uns contre les autres dans un conflit incessant, ont mené une lutte sans répit, une lutte tantôt masquée, tantôt ouverte ; une lutte qui chaque fois s’est achevée soit par un bouleversement révolutionnaire de la société tout entière, soit par la destruction des deux classes en conflit."
Le manifeste communiste, I.djvu/24

Certes, il a bien fallu que des philosophes (qui cherchent à penser par eux-mêmes, et qui n'acceptent pas le monde comme on leur présente) proposent des lectures du monde... pour le voir changer. ;-). On est d'accord, la seule philosophie ne saurait suffire, mais imaginons un instant qu'elle soit inutile. Qui prendra le pouvoir sur nos consciences, si ce n'est ceux qui détiennent les capitaux et le pouvoir d'organiser l'information et les savoirs ?
Imaginons un instant l'histoire du monde sans les Lumières, donc sans les philosophes et sans l'émergence des démocraties ?

Nous étions 25 pour ce débat...Dommage, je suis un peu trop occupé pour tenir des comptes-rendus, ou simplement pour rédiger des questions que nous avons partagées... Mais qui le souhaite peut le faire. B)
Dernière édition: il y a 3 mois 3 semaines par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus