Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: La haine orpheline. Peggy Sastre, les raisons de haïr sont-elles dépassées ? Sujet pour lundi 06.06.2020

La haine orpheline. Peggy Sastre, les raisons de haïr sont-elles dépassées ? Sujet pour lundi 06.06.2020 il y a 1 mois 1 semaine #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 782
  • Remerciements reçus 35
Les raisons de haïr sont-elles dépassées ?
à parir de l'ouvrage : La haine orpheline, de Peggy Sastre. 2020

Si Peggy Sastre, philosophe des sciences, s'inspire de la théorie du gène égoïste de Richard Dawkins, elle ne s'y limite pas, tout en montrant jusqu'où s'étendent des mécanismes de rivalité, de différenciation, de coopération.

Extrait de la 4ème de couverture de La haine orpheline :
Selon, l’intellectuel indien Pankaj Mishra et beaucoup de nos contemporains partagent ses idées : nous serions au bord d’une « guerre civile mondiale » parce qu’on se rendrait compte que la modernité n’a pas tenu ses promesses. Je partage le constat de Mishra sur le caractère pour le moins tendu de notre époque, mais mon diagnostic est aux antipodes : si nous sommes aujourd’hui aussi à cran, ce n’est pas parce que notre civilisation issue des Lumières n’a pas tenu ses promesses.

Au contraire, c’est qu’elles se sont tellement bien réalisées que nous ne savons plus à quoi pourrait ressembler des épreuves proprement existentielles.

Pourquoi ? Parce que nos perceptions, comme souvent, nous trompent. Nous avons peut-être l’impression que les périls se suivent, se répètent et empirent, mais c’est surtout parce que nous ne cessons d’élargir la définition du périlleux et transformons en catastrophique ce qui était anodin voici encore peu.

Deux questions animent ce livre :
– Pourquoi avons-nous le conflit si facile, l’hostilité si séduisante, l’affrontement si confortable ?

– Pourquoi tant de gens semblent incapables d’exister s’ils ne s’imaginent pas avoir des ennemis à anéantir ?

Son programme est celui d’un « pacifisme appliqué » : plonger au plus profond de notre nature conflictuelle grâce aux apports des sciences comportementales darwiniennes.

Citations /exemples tirés pour la plupart d'une interview :
« La biologie n'explique évidemment pas tout, mais sans elle on n'explique rien »
Peggy Sastre.

Richard Dawkins montre qu'un groupe avec seulement des doves (colombes) sera envahi par environ 60 % de hawks (faucons) et de bullies (intimidateurs). Mais un groupe de retaliators (justiciers), qui coopèrent, mais se défendent s'ils sont attaqués par un « faucon », favoriseront la présence de « colombes », de « faucons », puis d'« intimidateurs ». (Wikipédia : Le gène égoiste)

Notre biologie, et les comportements qui en découlent, sont littéralement « faits » pour nous aider à sortir vainqueurs de conflits : contre la nature et ses aléas, les autres groupes humains, nos propres parents et enfants, il s'agit d'acquérir des ressources matérielles, de conquérir des partenaires sexuels, de préserver des statuts sociaux, etc. Comme tous les autres êtres vivants peuplant cette planète, notre nature est conflictuelle.

Le principe de la compétition intrasexuelle est de viser en priorité des traits et caractéristiques avantageux non pas pour ses stratégies sexuelles propres, mais pour celles du sexe opposé.
La masculine se cristallise sur des traits désirables pour les femelles – la force, la protection, les moyens – quand la féminine tourne autour de traits désirés par les mâles – la beauté, la jeunesse, la fertilité, la pudeur, la fidélité etc.

Les idéologies libérales et progressistes prospèrent davantage dans des pays riches, paisibles et en bonne santé. Les sociétés plus pauvres, instables et où la charge pathogénique est plus lourde sont des écosystèmes plus favorables à l'autorité, aux valeurs familiales traditionnelles, etc. Autant de phénomènes qu'une perspective darwinienne explique très bien.

L'évolution n'a pas façonné nos cerveaux pour produire en tout lieu et en tout temps les mêmes comportements « dictés » par nos gènes. A l'inverse, nous possédons un ensemble complexe de modules cognitifs dépendant d'un contexte et susceptibles de produire des comportements conditionnés à des variables environnementales. Et pour une espèce aussi sociale et socialement complexe que la nôtre, une variabilité des stratégies comportementales aura sans doute été un atout reproductif bien plus puissant que sa variabilité morphologique. En bref, la perspective n'est pas déterministe, elle est interactionniste.

Ressources
- Pourquoi tant de haine ? Frédéric Taddeï reçoit Peggy Sastre dans Interdit d'interdire
- La Haine orpheline, Article d'une interview dont j'ai repris de large extrait pour mon introduction. Lecteur.com
- 4ème de couverture de la Haine Orpheline.
Dernière édition: il y a 1 mois 2 jours par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus