Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

»

  • Page:
  • 1

SUJET: Sujet libre selon les questions des participants (+ info sur le Désert de la Critique et histoire universelle, Kant). Lundi 14.03.2022. A partir de 18h45 chez Reginald. Thonex

Sujet libre selon les questions des participants (+ info sur le Désert de la Critique et histoire universelle, Kant). Lundi 14.03.2022. A partir de 18h45 chez Reginald. Thonex il y a 3 mois 2 semaines #1407

  • René G.
  • ( Administrateur )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 1116
  • Remerciements reçus 48
Le sujet sera choisi parmi les questions proposées par les participants

Par un vote ou un échange ouvert, on retient la question qui semble motiver l'attention des participants présents.
- On cherche à dégager les enjeux de la question : en quoi il y a problème (sur un plan existentiel, relationnel, social, politique) et quelle dimension de vérité et d'éthique nos propositions mobilisent.
- De fait, nous faisons philosophie par la capacité à questionner les raisons par lesquelles on pense.
- La formule traditionnelle des cafés philo où un participant souhaite proposer une question à l'avance est toujours ouverte, il suffit de la proposer et de l'introduire en une poignée de minutes le jour venu (on l'inscrit dans l'agenda).

Pour info, cette semaine, j'ai écouté avec intérêt deux conférences : "Le Désert de la Critique" de Renaud Garcia (2015) et un cours sur Kant, Idée d'une histoire universelle.


1° "Le Désert de la Critique" de Renaud Garcia
C'est technique, mais passionnant. Il rend compte dans les pas de Derrida, des raisons pour lesquelles la critique est devenue "insignifiante" et "parole vide", d'où l'idée de "déconstruire" (déconstruire relève de la méthode, elle consiste à défaire des liens initialement entre la parole et l'écrit, puis dans la pensée phénoménologique). C'est donc difficile, mais Renaud Garcia montre bien (je trouve) comment les politiques, les intellectuels s'emparent des concepts qui, à la fin, ne veulent plus rien dire.
Voici les liens que j'ai écoutés (ou lus) concernant le Désert de la Critique :
1° Le Désert de la Critique dans "Tendance Claire". Durée 1H30. 20215.
Le Désert de la Critique à l'UPOP Marseille, mars 2022. Durée 1h05
Le Désert de la Critique, revue de presse de Open Edition
En plus bref, le Désert de la Critique dans Babelio
Un long entretien dans la revue Balast.

2° Idée d'une histoire universelle. Kant.
Je me suis replongé aussi dans Kant via : Idée d'une histoire universelle.
Alors que le monde devient global, l'idée d'universalité peut-elle être repensée, mais sans s'imposer comme une hégémonie de la pensée occidentale ?
De mon point de vue, Kant nous donne quelques pistes, notamment parce qu'ayant posé les limites de la raison (de la raison hégémonique), il donne les conditions par lesquelles la morale et l'éthique sont possibles, ou plutôt, qu'elles sont envisageables à titre de "visée" d'idéales (donc d'idée), et non de réalité, c'est-à-dire, d'idéologie. Dans "Théorie et Pratique, Droit de mentir" (Vrin) Kant estime qu'un gouvernement supranational est peu souhaitable, car l'hégémonie universelle risque de dégénérer en despotisme. It rings a bell ?
Quelques ressources
- 1° La vidéo pédagogique très bien faite de Politikon, durée 11mn.
Ps : j'ai. posté un commentaire sous la vidéo de Politikon, car il me semble aller vite en résumant la pensée de Kant à une "téléologie". Disons qu'il a raison, à condition de préciser que, en raison des conditions posées par les limites de la critique des raisons pures, les idées ne nous permettent pas de faire autrement que de poser une hypothèse de finalité (et des conditions d’universalité)...d'où le fait qu'il faille passer par la "discorde" (l'associable sociabilité, une dialectique en fait) pour dépasser la cupidité individuelle ou "collective" (l’intérêt bien compris), ce que Politikon précise bien par la suite : "il faut que l'histoire fasse comme si". Le "comme si" est comme une "ruse de la pensée", une hypothèse (une expérience de penser), voire une condition nécessaire, une éventuelle espérance à mettre en place, et non une réelle finalité. Car par ailleurs, Kant estime la réalisation d'un gouvernement supra national peu souhaitable, car il dégénèrerait en despotisme.
- 2° Pdf de Idée d'une histoire universelle au point de vue cosmopolitique. 16 pages.
- 3° Théorie et Pratique. Kant. Pdf chez Hatier.

La semaine passée
Marie-Thérèse demandait quelle différence nous pourrions opérer entre : opinion, conviction et croyance ? Elle soulevait par cette question, la difficulté selon laquelle, lorsque la "passion" parle, il semble difficile, voire impossible de se distancier de sa pensée. En témoigne les oppositions vax / antivax et pro Russe / pro Ukraine que les médias et le gouvernement, par leur mode de penser binaire, se plaisent à opposer.

Je vous épargne un compte rendu B) , mais nous sommes parvenus à une question à laquelle chacun s'est efforcé de répondre :
> Compte tenu que nous sommes témoin d'une situation qui exprime une "même réalité" (voire, une même menace ?) pour chacun, la covid et/la guerre russo-ukrainienne, comment faites-vous pour savoir ce qui fait vérité entre les différents récits des faits entendus ici et là ?
> Puis, seconde question : que feriez-vous, si vous étiez en charge de responsabilités publiques, voire politiques, pour que le collectif dont vous avez la charge soit "averti", informé des faits, attendu que l'on vise l'intérêt commun et le bien commun le plus grand pour tous ?

Je crois que l'on peut distinguer 3 grands types de réponse :
1° Les personnes qui ont dit s'informer auprès de multiples sources, tout en cultivant les savoirs sur les problèmes concernés (maladie, médecine, polémologie, histoire, philosophie, sciences humaines, anthropologie, etc)
2° Celles qui estiment qu'il faut se protéger de ce fatras médiatique et se ressourcer autrement.
3° Celles qui estiment que dès que des analyses ou des propositions d'experts manquent de compassion ou d'universalité, elles préférent ne pas les prendre en compte.

Précisons que parfois, les catégories 1 et 2 étaient associées, s'informer (opérer du discernement et s'instruire) tout en sachant se ressourcer autrement et prendre du recul sur un mode "esthétique" (faire des randonnées, contempler la nature, se changer les idées).
Ajoutons également que des personnes qui estimaient que Poutine était un fou (du genre Hitler), reconnaissaient que cela pouvait aggraver la situation. En effet, par le manque de reconnaissance des besoins de Poutine en sécurité nationale (encerclement de plus en plus menaçant des bases de l'Otan), de comprendre ce qui se passe dans sa tête, la communauté internationale a pu accentuer son sentiment d'insécurité et exacerber sa "paranoïa" (la sienne et la nôtre). Dans le même temps, "l'occident", tout en justifiant son manque de diplomatie, se dédouane sans se remettre en question sur le fait qu'elle n'a rien fait pour s'évertuer à la "paix" (respecter ses engagements de ne pas augmenter le nombre de base de l'Otan). Au contraire, elle a contribué à la "guerre" en envoyant des armes depuis 2014 aux combattants ukrainien, à leurs factions "fascistes" pour lutter contre les Russes du Donbass, que Porochenko (président Ukrainien en 2014) promettait d'éliminer un par un s'ils (les Russes du Donbass) ne renonçaient pas à parler Russe. Voir notre forum : Guerre en Ukraine. Comment penser les faits quand il n'y a que propagande ou discours orientés ?
Sinon, voir le documentaire Donbass. 2016 (ici) du reporter Anne-Laure Bonnel.

Une remarque :
Pour les 3 catégories, on note que personne n'est indifférent au monde dans son ensemble, alors que par ailleurs, chacun semble surpris du "silence" du monde (non protestation contre la guerre en général, acquiescement apparent au discours ambiant contre les deux guerres (covid et Russo-Ukrainienne), au motif que chacun serait enfermé dans sa bulle, éventuellement indifférent au monde.
Comment comprenez-vous ce paradoxe où l'on n'est pas "indifférent à ce qui se passe dans le monde (affligé, désolé des drames et des mensonges) et, dans le même temps, comme "indifférent", comme pourrait en témoigner le manque "apparent" de réaction ?

Sinon, une réponse élémentaire :
- Il faut certes comparer plusieurs réponses, distinctes dans leurs sources et leur diversité, et être averti des "orientations" et présupposés qui sont à l'origine des informations récoltées. (Voir éventuellement les lignes éditoriales des journaux, les tendances inscrites dans l’historique du chercheur, de l’interlocuteur ou du collecteur d’informations dont on fait usage, les financeurs de l’information collectée, etc.)
- Avoir des connaissances ou les rechercher dans différents domaines en histoire, en sciences humaines, en économie, etc.. ce qui ne peut qu'enrichir sa capacité critique, ouvrir les horizons.
> Retenir que les informations sont toujours relatives à un contexte et ainsi, l’interprétation des faits que l’on peut en faire. Cette dernière est nécessairement tributaire d'un environnement, d'un lieu et, de fait, faussée si le contexte est chargé d’oublis, d’impensés et déjà orienté.
> Les savoirs, de leur côté, contribuent à multiplier les angles de lecture (des paradigmes de penser) sous lesquels interpréter des faits, entendus que ces derniers sont suffisamment stabilisés.

- Enfin, il convient d’apprendre à organiser ses savoirs et informations sur différents plans selon les domaines d'information que l'on collecte. Par exemple, pour la guerre, on s’efforce de distinguer :
1° Les faits de terrain (toujours partiels et diversement interprétés)
2° Les faits "politiques" (les accords) et les volontés "politiques de les appliquer
3° Les visées géostratégiques à long terme.
4° les thèses universitaires ou d'essayistes qui sont suffisamment fondées, étayées et soumises à discussion sur les logiques des guerres.
5° Ensuite, il y a les savoirs qui concernent la philosophie, l'être humain dans "sa nature".

Postscriptum pour moi : je dois penser à demander aux participants (ceux qui veuillent bien le faire) à rédiger en une phrase ou deux (entre 5 et 10 lignes) la réponse qu'ils donneraient à l'une des questions essentielles du café philo, et je les posterai dans le forum. Ce serait sympa, "structurant" pour sa propre pensée et informatif pour les lecteurs du forum.
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Lieu d'accueil de nos cafés philo en transit : Chez Réginald, n°10 impasse Mon-Idée à Thonex (Suisse)
à 100 mètres de la frontière Mon-Idée d'Ambilly.
Accueil dès 18h45 pour se mettre en place. Débat à 19h00

Autres éléments d'accueil
On vient avec sa boisson et/ou son panier à partager + ses couverts, son auge.
En effet, on limite les mouvements vers la cuisine et notre impact sur l'environnement.
> On prend soin de l'endroit et on le laisse propre et rangé après usage.

Transport
Depuis Genève : Bus 32, 37 arrêt : Mon Idée
Depuis Annemasse : Tag n°3, arrêt : Edelweiss ou Martinière (douane Mon-Idée) Google map ici
Si vous venez en voiture, merci de vous parquer dans la rue Mon-Idée (et non dans l'impasse)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Un grand merci à Reginald pour son accueil à nouveau.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Règles de base du groupe
- La parole est donnée dans l'ordre des demandes, avec une priorité à ceux qui s'expriment le moins.
- Chacun peut prendre la parole, nul n’y est tenu.

Pour limiter les effets de dispersion dans le débat
- On s'efforce de relier son intervention à la question de départ, de mettre en lien ce que l'on dit avec ce qui a été dit.
- Pour favoriser une circulation de la parole, de sorte à co-construire le débat avec les autres participants, on reste concis.
- On s'attache davantage à expliquer la raison de sa pensée, plutôt qu’à défendre une opinion.
- On s'efforce de faire progresser le débat.
- Concrètement, on évite de multiplier les exemples, de citer de longues expériences, de se lancer dans de longues explications, mais on va au fait de son argumentation.
René Guichardan, café philo d'Annemasse.
> Lien vers les sujets du café philo d'Annemasse, ici.
> Lien vers notre forum anti-covid, anti complotisme ici.
- Lien vers [url=www.cafesphilo.org/le-forum-des-cafes-philo/pensees-critiques-a-propos-des-discours-sur-le-conflits-ukraino-russe [/url]
> Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici) où l'on s'efforce de débattre de façon argumentée.
Dernière édition: il y a 3 mois 1 jour par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus