Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

»

  • Page:
  • 1

SUJET: Sujet libre selon les questions des participants (+ Anticor) Lundi 28.03.2022. A partir de 18h45 chez Reginald. + Compte rendu.

Sujet libre selon les questions des participants (+ Anticor) Lundi 28.03.2022. A partir de 18h45 chez Reginald. + Compte rendu. il y a 3 mois 4 jours #1416

  • René G.
  • ( Administrateur )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 1116
  • Remerciements reçus 48
Le sujet sera choisi parmi les questions proposées par les participants

Par un vote ou un échange ouvert, on retient la question qui semble motiver l'attention des participants présents.
- On cherche à dégager les enjeux de la question : en quoi il y a problème (sur un plan existentiel, relationnel, social, politique) et quelle dimension de vérité et d'éthique nos propositions mobilisent.
- De fait, nous faisons philosophie par la capacité à questionner les raisons par lesquelles on pense.
- La formule traditionnelle des cafés philo où un participant souhaite proposer une question à l'avance est toujours ouverte, il suffit de la proposer et de l'introduire en une poignée de minutes le jour venu (on l'inscrit dans l'agenda).

Pour info, cette semaine, j'ai lu avec intérêt


> Des ressources au cas où :
- L'association Anticor.
- Les 15 propositions d'Anticor pour une présidence éthique.
- Anticor invité à la Grande Table de France Culture
Une citation :
"Jamais sous la Vème République les élites qui dirigent notre pays n'ont été aussi riches et obnubilés par l'argent (...) Jamais autant de ministres n'ont été multimillionnaires". Page 26. Résister à la corruption.
Le sujet de la semaine passée.
Nous avons été interpelés par la question de la guerre. Quelques questions soulevées :
- Comment sortir des logiques de guerre ?
- Pourquoi l'homme est-il belliqueux ?
- Le pouvoir est-il pour essence la violence ?
- Nos compétences cognitives, émotionnelles et sociales nous permettent-elles de dépasser la pulsion autodestructive qui semble mouvoir le monde ?

La première partie du débat est toujours assez dispersée, avec cette fois, profusion d'opinions hasardeuses sur l'origine de la violence, chacun y allant de son "sentiment", de son avis, sans référence aucune à des savoirs en anthropologie, en sciences humaines, en histoire...

Je me rends bien compte que chacun pense avec les "informations" dont il dispose ou celles qui passent dans les médias. Il serait prudent de procéder par le questionnement des hypothèses qu'on avance lors de ce début de séance.
Le "désordre" des idées qui se bousculent dans un café philo est commune au début du débat... Ce qui se comprend, il faut laisser aux participants le temps de s'ajuster à la pensée des uns et des autres, il faut assumer ce temps de rencontre avec l'autre. Toutefois, lorsque le désordre est important, comme parfois dernièrement, je le mets sur le compte des bouleversements récents (déménagements multiples, nouveau public) + ma volonté (ancienne et délibérée) à considérer chaque participant comme "autonome" ou aspirant à l'être dans sa pensée... Ce qui est éventuellement une erreur, en tous les cas, un postulat non fondé : de nombreuses personnes peuvent vouloir n'aspirer qu'à continuer à penser selon des inclinations subjectives, plutôt qu'en s'efforçant à examiner les pensées. De plus, ils sont rares ceux qui aspirent à dépasser le rapport d'opposition dans un débat, pour tendre essentiellement vers celui d'une dialectique.

Vers la fin du débat, j'ai posé la question : nous sommes dans une situation où deux belligérants (Ukraine-Russe ou Occident-Russe par exemple) ne se font pas (ou plus) confiance. Comment dès lors poser les bases d'une négociation ?
Il m'a semblé entendre qu'une seule réponse après un tour de table : reconnaître l'intérêt bien compris de l'autre et s'entendre sur un accord où chacun trouve "intérêt" à respecter l'accord conclu.
La plupart des arguments ne répondaient pas à la question, et allaient plutôt dans le sens de ce que disent les "médias" : Poutine est incontrôlable, il rêve de la grande Russie perdue. (Voir ici notre dernière synthèse sur ce conflit)

Ma question du moment : est-il encore possible de penser par soi-même si l'on n'écoute que les médias meanstream financés par le grand capitalisme ? C'est mon sentiment quand j'écoute l'avis du quidam dans la rue, et parfois ceux de certains participants dans les cafés philo.

Un apport par rapport aux théories de la pensée aujourd'hui (Hugo Mercier, Dan Sperber):
1° Nous pensons par rapport aux bruits de l'environnement (aux informations dont nous disposons)
2° Nous construisons des "logiques" par rapport à la rigueur (ou leur absence) de méthodes mobilisées.
3° Nous tendons à suivre des inclinations inconscientes selon des préférences (éducationnelles, libidinales, fantasmagoriques) qui s'insinuent dans les structures de nos raisonnements.

Etre libre, dans ces conditions, c'est construire délibérément et en conscience sa pensée, et c'est rendre compte à autrui (c'est expliquer aux autres participants dans un café philo) le cheminement de sa pensée. C'est au nom de cet effort (une pratique philosophique) où l'on clarifie pour soi et pour l'autre sa pensée, que l'on se réunit dans un café philo.

Postscriptum pour moi : rappeler aux participants (ceux qui veuillent bien le faire) de rédiger en une phrase ou deux (entre 5 et 10 lignes) la réponse qu'ils donneraient à l'une des questions essentielles du café philo, et je les posterai dans le forum.
> Fixer une date (dans les 3 jours).
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Lieu d'accueil de nos cafés philo en transit : Chez Réginald, n°10 impasse Mon-Idée à Thonex (Suisse)
à 100 mètres de la frontière Mon-Idée d'Ambilly.
Accueil dès 18h45 pour se mettre en place. Débat à 19h00

Autres éléments d'accueil
On vient avec sa boisson et/ou son panier à partager + ses couverts, son auge.
En effet, on limite les mouvements vers la cuisine et notre impact sur l'environnement.
> On prend soin de l'endroit et on le laisse propre et rangé après usage.

Transport
Depuis Genève : Bus 32, 37 arrêt : Mon Idée
Depuis Annemasse : Tag n°3, arrêt : Edelweiss ou Martinière (douane Mon-Idée) Google map ici
Si vous venez en voiture, merci de vous parquer dans la rue Mon-Idée (et non dans l'impasse)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Un grand merci à Reginald pour son accueil à nouveau.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Règles de base du groupe
- La parole est donnée dans l'ordre des demandes, avec une priorité à ceux qui s'expriment le moins.
- Chacun peut prendre la parole, nul n’y est tenu.

Pour limiter les effets de dispersion dans le débat
- On s'efforce de relier son intervention à la question de départ, de mettre en lien ce que l'on dit avec ce qui a été dit.
- Pour favoriser une circulation de la parole, de sorte à co-construire le débat avec les autres participants, on reste concis.
- On s'attache davantage à expliquer la raison de sa pensée, plutôt qu’à défendre une opinion.
- On s'efforce de faire progresser le débat.
- Concrètement, on évite de multiplier les exemples, de citer de longues expériences, de se lancer dans de longues explications, mais on va au fait de son argumentation.
René Guichardan, café philo d'Annemasse.
> Lien vers les sujets du café philo d'Annemasse, ici.
> Lien vers notre forum anti-covid, anti complotisme ici.
- Lien vers notre forum sur le thème de la guerre Russo-Ukrainienne.
> Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)
Dernière édition: il y a 2 mois 4 semaines par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus