Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Recevoir la vie est-ce un fardeau ou un cadeau ? Synthèse réalisée par Jeremy et Sophie – 6GC – Séance du 10 10 2016

Recevoir la vie est-ce un fardeau ou un cadeau ? Synthèse réalisée par Jeremy et Sophie – 6GC – Séance du 10 10 2016 il y a 2 ans 3 mois #1

  • Golinvaux Elisabeth
  • ( Modérateur )
  • Portrait de Golinvaux Elisabeth
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Messages: 17
  • Remerciements reçus 3
Introduction au dialogue : n’y a-t-il pas un autre choix que les deux proposés ? (cadeau ou fardeau).

On commence avec les définitions du dictionnaire des mots « fardeau », « cadeau » et de « recevoir ».
La question est venue car on a lu que la vie était une maladie transmissible : il y a plusieurs façons de répondre à cette question intéressante, et la réponse ne sera pas « noire » ou « blanche ».
Donner la vie ou la recevoir peut être synonyme de souffrances, mais ça peut valoir la peine de la vivre. Un exemple a été donné : le deuil. Lorsqu’on vit un deuil, on se demande si la vie vaut la peine d’être vécue car on ressent beaucoup de tristesse due au fait qu’on ne reverra plus jamais la personne (même si chacun a sa propre façon de gérer sa souffrance et que tout le monde n’arrive pas à ces conclusions). Un autre exemple est proposé : le fait de ne plus jamais revivre son enfance. Cela engendre de la souffrance car on aimerait revivre ou changer certains moments, mais l’on ne peut rien y faire, et cela apporte aussi de la nostalgie : la vie peut être un fardeau si on ne réagit pas ou si l’on réagit mal à un problème.

On n’est pas obligé de vivre pleinement sa vie ; on peut la vivre de façon active ou passive tout le monde choisit sa journée ou la subit, comme un fardeau.
Un exemple est donné pour justifier que l’on soit libre de choisir sa journée : nous ne sommes pas des prisonniers de guerre menacés par des armes pointées sur nos tempes. Eux, ils subissent leur vie comme un fardeau. Mais une nuance est apportée : même si certaines situations nous paraissent extrêmes, on a toujours le choix ; donc on ne subirait pas notre vie.

« Recevoir la vie » peut aussi être entendu comme synonyme de « faire le choix de faire un enfant » ; mais recevoir la vie dépendrait-il donc du choix des parents ?
Même si tes parents n’ont pas fait un choix, tu reçois quand même la vie (même en cas de viol). La réaction du « père » (= violer la femme) serait un choix car le fait de suivre nos instincts est un choix dont il faut assumer les conséquences.

Mais la question de base a-t-elle un rapport avec les choix ? Recevoir la vie ne dépendrait pas du choix de nos parents.
Une nuance est apportée : il y a « recevoir la vie », dans le sens « accoucher », et « recevoir la vie » dans le sens « vouloir un enfant ». Une mère donne et reçoit la vie – qu’elle donne –en accouchant (tout le monde n’est pas d’accord avec cette idée, certains disent qu’accoucher signifie donner la vie, non la recevoir, vu qu’elle ne peut pas avoir deux vies).

Une idée de réponse à la question de base s’est dégagée avec l’appui de plusieurs exemples : un couple ayant du mal à avoir un enfant et réussissant enfin à l’avoir, la vie peut être considérée dans ce cas comme un cadeau (ou s’il y a eu des soucis à la naissance, mais que l’enfant finit par bien se porter). Par contre, un viol rendrait la vie comme un fardeau pour la victime.
La question de base concernerait donc l’enfant qui reçoit la vie. Mais vu que nous sommes tous uniques et qu’on vit des moments uniques, la vie en elle-même ne serait-elle pas déjà un cadeau ? Car si on prend du recul sur un moment de souffrance, on peut faire du fardeau un cadeau.
Un exemple est donné : si on se dispute avec quelqu’un et qu’on prend de la hauteur, ça nous rend plus fort et c’est un cadeau.
Mais le fait qu’on soit tous uniques justifierait-il le fait que la vie soit un cadeau ? Justement, vu que nos vies sont toutes différentes, certaines peuvent êtres vécues comme un cadeau, d’autres comme un fardeau.

Un exemple est avancé pour justifier cette question : un enfant gravement handicapé depuis l’enfance ne peut pas vraiment prendre beaucoup de recul s’il n’a connu que de la souffrance, et ça devient difficile de considérer la vie comme un cadeau si on souffre tout le temps.
Mais une objection est faite : même dans ce cas, l’enfant peut essayer de prendre du recul avec ses expériences de la vie, il peut considérer comme une « chance », un « cadeau » de percevoir ceci, ou de ressentir cela, en fonction de son handicap.
Et une personne qui n’est pas fière de son apparence physique, peut-elle considérer la vie comme un fardeau ? Etre unique n’est pas toujours un cadeau, même si on peut essayer de gérer sa vie positivement.

Une proposition de réponse concrète à la question est faite : recevoir la vie peut être un cadeau ou un fardeau, en fonction de ce que l’on vit au moment présent. Quand on s’amuse, on se dit que la vie est un cadeau. Mais quand on souffre, on se dit que la vie est un fardeau. Il se peut aussi qu’on ait beaucoup de souffrance, mais quand même envie de vivre : ceci est justifié par le fait que vivre dans un milieu très pauvre, par exemple, peut endurcir et faire persévérer une personne à vivre une vie meilleure. Ce serait donc la souffrance ou le bien-être personnel qui déterminerait si on perçoit la vie comme cadeau ou fardeau.
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: Golinvaux Elisabeth

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus