Geommunity
groups 73
Raffraîchir / Recentrer
Rechercher un lieu ou une entreprise dans GoogleMaps

X

Prostitution et Consentement : Le consentement d'autrui donne-t-il tous les droits ? Présenté par Philippe, sujet du 02.12.2013

La discussion a commencée par Philippe, le il y a 6 années

Discussion en relation

Prostitution et Consentement :
Le consentement d'autrui donne-t-il tous les droits ?

De quoi parle-t-on ?
On désigne par prostitution tout acte sexuel tarifé entre individus consentants. D'après l'Office Central de Répression de la Traite des Êtres Humains, il y aurait entre 18 000 et 20 000 prostituées en France. La fiabilité de ce chiffre est difficile à établir, car il se calcule par extrapolation à partir du nombre de mises en cause annuelles pour racolage dans la rue. La prostitution étant une activité largement dissimulée (et opérant de plus en plus via internet), on peut supposer que la popupation réelle de prostituées en France est bien plus importante. Pour donner un terme de comparaison, en Allemagne (où la prostitution en maison close est légale et l'activité de prostitution plus visible et assumée) il y a 400 000 prostituées déclarées.  

Si la population de prostituées en France est hétérogène – elle est constituée de femmes, d'hommes et de transexuels faisant leur métier dans des conditions très diverses : du transexuel étranger tarifant 40 euros la passe dans un bois à l'escort girl en règle tarifant 2 000 euros ou plus la journée –, on peut noter que 80 % des prostituées sont des femmes étrangères pauvres en situation irrégulière (majoritairement originaires d'Afrique, et plus récemment d'Asie) et pour la plupart subordonnées à des réseaux de proxénètes. La prostituée « traditionnelle » (terme retenu par le rapport ministériel de 2011 pour désigner la prostituée française, indépendante et faisant ce métier par choix) est donc largement minoritaire dans ce panorama.

Une proposition de loi sera examinée par l'Assemblée nationale les 27 et 29 novembre, qui vise principalement à changer cette réalité. 

En quoi consiste le projet de loi ? 

Le texte prévoit :

- La suppression du délit de racolage.

- Le filtrage des annonces d'escort girl provenant de sites étrangers sur internet.

- Une autorisation provisoire de séjour de 6 mois pour les femmes étrangères ayant cessé la prostitution. 

- La mise en place d'un fonds d'aide de protection des victimes de la prostitution

- La création d'une infraction sanctionnée d'une contravention de 1 500 euros pour les clients de prostituées, contravention doublée en cas de récidive. Les cliens seraient également contraints de suivre des stages de sensibilisation sur le modèle de ceux consacrés à la sécurité routière ou la prévention de l'usage des stupéfiants, dans l'objectif de les faire réfléchir sur les conséquences de leurs actes. 

Où est le problème ?

Au moment de la médiatisation de ce projet de loi, on a assisté en France à une controverse centrée sur la pénalisation des clients de prostituées. Celle-ci entraverait la liberté des hommes en bafouant leur « droit à la pute ». C'est en tout cas le point de vue développé par le « Manifeste des 343 salauds » (emblème féministe tourné en dérision : le « manifeste des 343 salopes », rédigé par Simone de Beauvoir en 1971 en faveur de l'avortement). 

Initié par Frédéric Beigbeder, signé par Eric Zemmour et publié par le magazine CAUSEUR, ce texte s'oppose au projet de loi car « chacun a le droit de vendre ses charmes et même d'aimer ça ». Il se conclue sur le détournement d'un slogan et d'un logo du détesté SOS racisme (monté comme emblême du « politiquement correct », étouffant la liberté d'expression en France) : « Touche pas à ma pute ! » 

Le débat s'est ainsi vite focalisé autour de l'affrontement de deux camps : 

  • Abolitionnistes : prônant l'abolition de la prostitution comme forme contemporaine d'esclavage et affirmant qu'il n'y a pas de prostituées « volontaires » car on constate l'existence des facteurs psychiques et sociaux (marqueurs de désaffiliation) conditionnant l'accès à la profession (pauvreté, violence sexuelle subie dans l'enfance, situation irrégulière) et qu'il n'y a pas de prostituée « indemne » sur la base de multiples témoignages de femmes retirées du métier (la profession les détruirait affectivement et comporte de graves risques sanitaires : une vie de prostituée laisse des séquelles). 
  • Libertaires : revendiquant le caractère privé de la prostitution, le fait qu'il existe des prostituées aimant leur travail et qu'on ne veut pas le reconnaître parce qu'il est tabou de dire qu'une femme peut aimer gagner sa vie par le sexe, qu'on est libre de faire ce qu'on veut entre adultes consentants sans que l'Etat ait quelque légitimité que ce soit à y mettre son nez et que les hommes ont des pulsions que seul l'accès à la prostitution permet de canaliser (sans elle, ils seraient des violeurs en puissance : il vaut mieux mettre des prostituées à leur disposition que les lâcher dans la nature avec leur frustration). 

Que faire de tout ça dans un Café-philo ?

Pour prendre un peu de hauteur vis-à-vis de ce débat portant d'une part sur le droit des hommes à pouvoir disposer d'une prostituée et d'autre part de la possibilité de consentir à cette profession lorsqu'on est une femme, on peut poser une question philosophique vis-à-vis de laquelle le cas de la prostitution constituera un exemple, auquel nous pourrons revenir dans le cours de la discussion : 

Le consentement d'autrui donne-t-il tous les droits ?

ou Le droit se réduit-il à l'obtention du consentement ?

Pour une réaction brêve, postez votre réponse ci-dessous,

Sinon, préférez le forum ici (nettement plus pratique).

Quelques liens en rapport avec le dossier sur la prostitution

Le manifeste des 343 salauds : http://larealiteenface.overblog.com/2013/11/le-manifeste-des-343-salauds.html

Le rapport d'information ministériel de 2011 (très complet) : http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3334.pdf

Article du Monde axé sur la pénalisation des clients http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/11/22/sanctionner-les-clients-de-prostituees-qui-est-pour-qui-est-contre_3511571_3224.html

Témoignage d'une prostituée retirée du métierhttp://www.midilibre.fr/2013/10/07/la-prostitution-un-univers-impitoyable-de-violences,766659.php

Blog recueillant plusieurs témoignages de prostituées : http://prostitution.blog.lemonde.fr

Sociologie de la prostitution (les facteurs d'entrée dans le métier) : http://www.laviedesidees.fr/Sociologie-de-la-prostitution.html

Réponses
René G.
René G.
Dans un monde libre (non contraint par des mafias-proxénètes), les prostituées vendraient-elles leurs corps ?
Personne ne peut vraiment répondre à cette question et par conséquent, personne ne peut dire si un esprit libre (avec un rire dans le regard) ferait commerce de ses charmes tout en l'assumant avec bonheur.
Des personnes sont certainement tentées de vendre leurs charmes pour elles-mêmes (pour des raisons économiques (gagner +) ou psychologiques : vivre l’expérience de son corps comme un objet mis à distance de « soi » ).
Faut-il alors punir le client ?
On en parle dans le forum.
il y a 6 années

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus