Cafephilos Forums Les cafés philo Problématiques de notre temps : écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie Des interviews et des news intéressantes mais peu diffusées dans les médias. Période, mois de septembre 2023

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 26)
  • Auteur
    Messages
  • #6821
    René
    Maître des clés


      Ecouter ici. Durée 45mn

      Anne-Laure Bonnel reçoit l’économiste et spécialiste de la Russie, Jacques Sapir à Délit d’opinion.

      Jacques Sapir replace l’histoire des Brics que les médias français et nos politiques ignorent totalement.
      Aveuglés que nous sommes, nous ne voyons pas le mur contre lequel nos politiciens et l’administration européenne nous envoient.
      Bien entendu, si vous en parlez, on vous traitera de complotistes ou de pro Poutine. C’est le niveau des débats de ceux qui commettent deux erreurs grossières : Ils croient que les faits leur sont présentés de manière neutre et équilibrée (ce qui n’est pas – plus le cas) et ils tendent à ne pas distinguer les faits de leur interprétation.
      À cela s’ajoute deux autres angles morts qui ne sont pas souvent pris en compte.
      – L’angle d’analyse adopté induit des types de réponses. Autrement dit, il y a un paradigme théorique qui pré-façonne nos manières de penser et les réponses qui vont avec.
      – D’une certaine manière, une analyse peut être juste (correspondre aux faits présentés), néanmoins, les solutions proposées inadaptées, car elles ne prennent pas suffisamment en compte, l’éthique, l’historique, l’évolution du problème, l’idée d’une solution acceptable pour toutes les parties.
      Or, il convient, si l’on est sérieux, de mettre à plat ses arguments, de sorte à pouvoir en faire l’examen, et d’envisager des réponses acceptables pour toutes les parties concernées.

      Un extrait de l’échange : les USA prennent des sanctions contre le droit international onusien et son Conseil de sécurité, or les Brics le voient mais sont impuissants, de part les statuts de l’ONU. Ils s’inquiètent de ce comportement des Occidentaux et préfèrent se réunir, s’associer pour ne pas subir l’hégémonie des Etats-Unis.
      Dommage que la France et (et l’Europe) n’aient pas su jouer leur carte, et se soient vassalisés à l’Otan.

      Autre question abordée : Qu’en est-il de la dédollarisation du monde ?
      Les enjeux et les risques du processus pour les différents continents du monde.

      Autres illustrations des Brics, tirées d’une conf. d’Idriss Aberkane ici.

      ————————
      Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)
      ————————-
      René Guichardan, café philo d’Annemasse.
      > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
      – Le café philo à la Maison Rousseau Littérature à Genève, le premier vendredi du mois, c’est ici.
      Le café philo des ados de Evelaure. Annemasse.
      > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
      Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont nous avons apprécié la consistance philosophique
      – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
      > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

      #6822
      René
      Maître des clés


        Ecouter ici. Durée 1h22.

        Chris Hedges est un journaliste américain, lauréat d’un prix Pulitzer. Il a été correspondant de guerre pour le New York Times pendant quinze ans. Reconnu pour ses articles d’analyse sociale et politique de la situation américaine, il a également enseigné aux universités Columbia et Princeton. Dans cette interview par Olivier Berruyer pour Elucid, il propose une critique de ce qu’il appelle “l’élite progressiste” américaine, l’hypocrisie de ses valeurs et son accointance avec les puissances d’argent (“les entreprises”). Il décortique le rôle de cette oligarchie, comment elle a pris le pouvoir et comment elle impacte dorénavant le monde entier.

        Le Front Populaire (Kuzmanovic, ex. France Insoumise) communique sur ce point, via la vidéo de Régis Debray, ci-dessous.

        ————————
        Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)
        ————————-
        René Guichardan, café philo d’Annemasse.
        > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
        – Le café philo à la Maison Rousseau Littérature à Genève, le premier vendredi du mois, c’est ici.
        Le café philo des ados de Evelaure. Annemasse.
        > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
        Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont nous avons apprécié la consistance philosophique
        – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
        > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

        #6823
        René
        Maître des clés


          Ecouter ici. Duréer 1h03

          L’histoire populaire de la France de Gérard Noiriel (Agone) n’est pas une histoire des « classes populaires » en France. Ce n’est pas non plus l’histoire racontée du point de vue des porte-parole des minorités (religieuses, raciales, sexuelles).
          Farouche opposant aux logiques mémorielles et identitaires qui parasitent les discours actuels, Gérard Noiriel veille à détacher la question de l’immigration de la question coloniale, car ce qui permet d’affirmer le caractère « populaire » de l’histoire de France, c’est le lien social, c’est-à-dire les relations qui se sont nouées au cours du temps entre des millions d’individus, et grâce auxquelles a pu se construire un « nous » Français », de la citoyenneté et de la nationalité.
          Déployant son récit de la Guerre de Cent à ans jusqu’à nos jours, ce fondateur de la socio-histoire nous permet de retracer la genèse des grands problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, avec la rigueur scientifique du chercheur et l’engagement du révolté.
          Vidéo chapitrée :
          0:00 Introduction
          3:37 Gérard Noiriel, enfant des classes populaires
          5:35 Gérard Noiriel et Moi 68
          7:30 Dans les pas de l’historien Howard Zinn
          10:05 L’impôt et la création de l’État français
          10:50 L’Histoire comme science
          13:16 L’historien et la question de l’engagement politique
          15:30 À l’origine du peuple français
          17:59 La résistance face à l’impôt
          21:00 Le peuple considéré comme une race
          21:57 La construction de l’identité du peuple français
          25:00 La construction de l’étranger
          28:18 De la citoyenneté à la française à la nationalité
          36:15 Une nationalité européenne est-elle possible ?
          38:41 Les peuples contre la globalisation
          41:23 Les failles fiscales de L’union européenne
          42:33 L’État français et le rôle de l’immigration
          45:05 Les grandes périodes de l’immigration en France
          46:40 Aux origines de la figure de l’immigré
          51:38 La Gauche et la question identitaire
          53:49 grève de 1947 et émeutes de 2005
          55:23 Sur la question de la race
          57:09 Sur l’intersectionnalité
          57:46 Sur Emmanuel Macron
          59:56 Le danger du démantèlement de l’État social
          1:02:00 La lutte des classes continue

          ————————
          Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

          ————————-
          René Guichardan, café philo d’Annemasse.
          > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
          – Le café philo à la Maison Rousseau Littérature à Genève, le premier vendredi du mois, c’est ici.
          Le café philo des ados de Evelaure. Annemasse.
          > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
          Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont nous avons apprécié la consistance philosophique
          – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
          > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

          #6824
          René
          Maître des clés


            Ecouter ici. Durée 51mn. 

            Si le discours scientifique n’est pas entendu par les politiques, les scientifiques ont-ils pour responsabilité, de s’engager ?

            Julia Steinberger, formée en physique aux États-Unis, puis docteur au Massachusetts Institute of Technology en 2004.
            Professeure à l’université de Leeds puis à celle de Lausanne, elle est spécialiste des enjeux sociétaux liés aux impacts du dérèglement climatique. Contributrice au rapport du Giec.

            CHAPITRES :
            00:00 – Introduction
            01:20 – La science et la politique
            03:10 – Economie écologique
            05:38 – On peut pas s’adapter aux impacts.
            08:00 – Un rapport important
            09:30 – Système de croyance et de pouvoir
            13:00 – ré-apprendre à imaginer
            14:58 – Une minorité a tout mis en place ?!
            20:00 – Le capitalisme absorbe-t-il tout ?!
            21:30 – Les points de leviers
            24:50 – Ton arrestation par la police
            27:38 – “Le moment, c’est la merde!”
            29:00 – Jeu de pouvoir complice de la fin de l’humanité
            31:00 – LES CHOCS (positif & négatif)
            33:00 – L’éco-anxiété
            37:47 – Les “scientifiques climato-négationistes”
            41:14 – Repérer la malhonnêteté ?
            44:20 – Un double Anti-Système ?
            48:05 – Conclusion

            ————————
            Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

            ————————-
            René Guichardan, café philo d’Annemasse.
            > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
            – Le café philo à la Maison Rousseau Littérature à Genève, le premier vendredi du mois, c’est ici.
            Le café philo des ados de Evelaure. Annemasse.
            > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
            Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont nous avons apprécié la consistance philosophique
            – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
            > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

            #6827
            René
            Maître des clés

              Alors que le travail des auteurs, Julia Cagé et Thomas Piketty, est particulièrement bien documenté, « Une histoire du conflit politique » (de 1789 à 2022)

              On observera que Léa Salamé réplique à la présentation de Piketty, un argument tout fait : C’est le retour de Marx ? Ou encore, avec le sentiment étonné : êtes-vous sûr que les électeurs ne sont pas influencés par la question identitaire ? En bref, face à un travail d’historiens, d’économistes et de sociologie, le niveau du journalisme public consiste à rabaisser la controverse vers les sondages d’opinion, comme s’ils avaient valeur de contradiction face à un travail universitaire.
              Quant à la question vers la fin de Nicolas Domorand sur le don Bernard Arnault aux restos du coeur, il y a trois arguments clés :
              1° Cela ne représente rien en pourcentage de sa fortune par rapport à ce que les pauvres et classes moyennes paient comme impôts (revenus, taxes et tva). C’est l’argument de Thomas Piketty.
              2° Plus de 60 % de son don sera remboursé par l’Etat, ce qui revient à dire que c’est encore les classes populaires qui paient.
              3° Cela revient à transférer les carences de l’Etat et du service public vers le haut capital qui décident avec parcimonie, quand donner un peu de son surplus, qu’il fait passer pour de la générosité.

              Vivement que Julia Cagé et Piketty soient interviewés sur des médias alternatifs comme Elucid media, Thinkerview, Blast, etc.

              Lien de l’article du Monde ici.

              Extrait ci-dessous :
              Pour « écrire une histoire des comportements électoraux et des inégalités sociales parcourant plus de deux siècles », les auteurs se sont fait aider par un grand nombre de collaborateurs qui ont recensé toutes les données électorales collectées au niveau des 36 000 communes de France. Démocratie ancienne et pays de droit écrit, la France a, en effet, conservé des archives des différents scrutins sur plus de deux cent trente ans, ce qui constitue un palimpseste démocratique d’une incroyable richesse. Les résultats de 41 élections législatives, 12 présidentielles et 5 référendums sont ainsi collationnés. Ont en revanche été mises de côté, dans le cadre de cet ouvrage, les élections législatives sous les monarchies censitaires (1815-1848) et les résultats électoraux de la France d’outre-mer.
              La classe géosociale
              Mais comment fait-on pour savoir qui vote pour qui ? A cette question centrale, les auteurs ne peuvent s’appuyer que sur des informations électorales à l’échelon des communes – ce qui implique un niveau territorial et non individuel. Ils ne bénéficient pas, en effet, d’études d’opinions avant les années 1950. D’où la nécessité, de l’aveu même des auteurs, de redoubler de prudence quant aux interprétations, mais aussi de trouver une autre base de référence : la classe géosociale.

              La classe géosociale
              Il s’agit d’un concept-clé mis en avant comme principal déterminant du vote. La classe géosociale est définie par les auteurs comme un « concept souple et multidimensionnel qui comprend à la fois la catégorie de territoire (définie par la taille d’agglomération et de commune : villages, bourgs, banlieues, métropoles), la richesse économique (revenu, capital immobilier, structure foncière…) et l’insertion dans la structure productive (profession, diplôme, statut d’activité) ». Autrement dit un croisement entre données socio-économiques et localisation sur le territoire.
              Grâce à l’usage systématique de cette notion, les deux économistes arrivent à des conclusions fortes qui viennent contredire les débats politiques actuels. Ils expliquent notamment que les variables liées à la religion et aux origines étrangères ont beaucoup moins d’importance que celles liées à la classe géosociale. « Autrement dit, ce sont bien les enjeux socio-économiques – et non les questions identitaires ou la proportion d’étrangers – qui déterminent les clivages électoraux. » Ces résultats sont valables pour les scrutins présidentiels de 1848, mais aussi de 1965 à 2022, malgré l’omniprésence de ces thèmes dans le débat public.
              Les auteurs proposent aussi une chronologie originale de deux cent trente ans de vie politique française. Celle-ci a connu, expliquent-ils, des périodes de « bipolarisation » et de « tripartition ». Ainsi, de 1848 à 1910, on assiste à une première tripartition, avec des socialistes et radicaux-socialistes à gauche ; des républicains modérés et opportunistes au centre, et, à droite, des conservateurs catholiques et des monarchistes, permettant aux partis du centre de gouverner.

              Grâce à l’usage systématique de cette notion, les deux économistes arrivent à des conclusions fortes qui viennent contredire les débats politiques actuels. Ils expliquent notamment que les variables liées à la religion et aux origines étrangères ont beaucoup moins d’importance que celles liées à la classe géosociale. « Autrement dit, ce sont bien les enjeux socio-économiques – et non les questions identitaires ou la proportion d’étrangers – qui déterminent les clivages électoraux. » Ces résultats sont valables pour les scrutins présidentiels de 1848, mais aussi de 1965 à 2022, malgré l’omniprésence de ces thèmes dans le débat public.
              Les auteurs proposent aussi une chronologie originale de deux cent trente ans de vie politique française. Celle-ci a connu, expliquent-ils, des périodes de « bipolarisation » et de « tripartition ». Ainsi, de 1848 à 1910, on assiste à une première tripartition, avec des socialistes et radicaux-socialistes à gauche ; des républicains modérés et opportunistes au centre, et, à droite, des conservateurs catholiques et des monarchistes, permettant aux partis du centre de gouverner.

              La tripartition renvoie aux trois principales familles idéologiques qui ont structuré la vie politique française depuis le XIXe siècle – socialisme, libéralisme, nationalisme. Celle-ci s’installe dans le paysage politique quand le vote des classes populaires se divise entre banlieues et métropoles pour le bloc de gauche, et villages et bourgs pour le bloc de droite. Cette dispersion des voix populaires, observent les deux auteurs, « fait le plus souvent le jeu des élites » qui peuvent se maintenir au pouvoir.
              Unir les deux classes populaires.

              A partir de 1910 et jusqu’en 1992 domine, en revanche, une bipolarisation forte entre droite et gauche. Celle-ci est le système de gouvernement qui apporte le plus de gains aux classes moyennes et populaires, tant du point de vue du fonctionnement démocratique que du développement socio-économique, car le vote populaire ne se disperse pas.
              Au milieu des années 1990 émerge une nouvelle tripartition. Elle apparaît clairement lors des élections de 2022, qui voient la séparation en trois blocs de même taille, gauche sociale-écologique, centre libéral et droite nationale-patriote, selon la classification retenue par les auteurs. Même s’ils notent aussi l’émergence d’un quatrième bloc, formé par les abstentionnistes.
              Julia Cagé et Thomas Piketty, qui revendiquent leur appartenance au camp de la gauche progressiste, affirment la nécessité d’« aller toujours plus loin dans la voie de l’égalité sociale et politique ». Or, d’après eux, le monde rural n’est pas structurellement conservateur, mais il a en revanche été déçu, de la Révolution française à aujourd’hui (de la vente des biens nationaux au profit quasi exclusif de la bourgeoisie à la disparition des services publics sur l’ensemble de l’Hexagone), par une offre politique de gauche, essentiellement urbaine et peu attentive à ses préoccupations. Un des buts de cet ouvrage est par conséquent de rassembler et unir les deux classes populaires « sur une base programmatique de réduction des inégalités sociales ».

              Au moment de conclure cette somme dense, riche et originale, les auteurs, s’adressant aux « spécialistes de sociologie électorale, de science politique, d’histoire politique et parlementaire et d’histoire des idées » qu’ils ont lus, estiment « le résultat forcément imparfait ». Mais cette touche de modestie ne doit pas masquer ce que cette présentation inédite de l’histoire politique française apporte, car le but de cet ouvrage est manifestement d’ouvrir le débat et de susciter de nouveaux travaux.
              Une base de données originale en accès libre.

              Il s’agit de l’autre apport majeur lié à la publication de l’ouvrage de Julia Cagé et Thomas Piketty : l’ouverture de manière concomitante d’une base de données électorales et socio-économiques, allant de 1789 à 2022. Sur le site unehistoireduconflitpolitique.fr, toutes les données collectées au niveau des 36 0000 communes de France, depuis les documents bruts (procès-verbaux électoraux conservés aux Archives nationales, sous forme manuscrite) jusqu’aux fichiers homogénéisés et finalisés sont dès maintenant disponibles en ligne en accès libre. Le site comprend des centaines de cartes, graphiques ou tableaux non présents dans l’ouvrage. Il permet aussi de générer les cartes et graphiques de son choix. L’actualisation du site pour intégrer les prochaines élections législatives et présidentielles est prévue, avec une mise en ligne dans les jours qui suivent l’élection, non seulement des cartes mais surtout l’analyse « à jour » de la partie « qui a le vote le plus populaire / le plus bourgeois ». Pour les concepteurs du site, l’ambition est d’apporter ainsi un nouveau regard sur l’analyse des résultats électoraux.

              ————————
              Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

              René Guichardan, café philo d’Annemasse.
              > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
              > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
              Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
              – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
              > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

              #6829
              René
              Maître des clés

                Climat et migration avec François Gemenne – Conférence de rentrée 2023 à HEC.
                Il est intéressant de noter que HEC forme à la prise en compte des questions climatiques, sur le plan technique, mais également sur le plan éthique, humain.
                Les bouleversements qui nous attendent sont incommensurables…

                ————————
                Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                #6830
                René
                Maître des clés

                  De quoi parle-t-on ?
                  Emmanuel Pont est l’auteur du livre “Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? Entre question de société et choix personnel.”
                  00:00 : Intro
                  01:55 – Qui est Emmanuel Pont
                  04:10 – Lien historique entre population et puissance des nations
                  07:10 – Malthus
                  12:40 – La grande accélération actuelle
                  16:30 – Où en est-on actuellement ?
                  19:00 – Les projections
                  22:00 – La surpopulation et la bombe population
                  26:30 – Les modèles de simplification du monde
                  33:50 – La notion de moyenne
                  36:30 – capacité de charge et empreinte écologique
                  43:00 – les limites planétaires
                  44:40 – responsabilité individuelle vs collective
                  48:40 – y a-t-il un levier démographique
                  1:00:45 – Que fait-on de ce constat ?
                  1:05:00 – deux livres à recommander

                  Quelques notes et questions :
                  Si on était moins sur terre, est-ce que ça se passerait mieux ? > ça dépend de notre niveau de vie.
                  Les Chinois, les Indiens ou les Africains sont-ils responsables ? > Faut-il choisir qui est de trop ?

                  L’histoire des pays du monde est liée à une démographie.
                  > Platon s’inquiétait déjà de la coupe des forêts autour d’Athène.
                  > Il n’y a de richesse que d’hommes = plus on est nombreux, plus on crée de richesse (mais tout dépend de la qualité des hommes, n’est-ce pas ? Et s’ils indexent leur qualité de vie à celle biens matériels… et nous arrivons à Maltus.

                  Maltus : il y a plusieurs versions de son rapport selon lequel la population progresse plus vite que les subsistances. Mais son erreur consiste dans sa réponse politique : ne pas aider les pauvres, voire les aider à mourir (c’est naturel).
                  – Faut-il penser à un éco-maltusien ? Maltus revu par l’écologie, mais sans sa politique ?

                  Certes, il y a eu une croissance démographique, mais la baisse de la natalité s’amorce dès le 18ᵉ siècle avec les progrès en hygiène, l’industrialisation, l’éducation.
                  Au 20ᵉ siècle, la transition démographique est mondiale. Les grandes tendances sont le vieillissement de la population, l’arrivée tardive des enfants (vers 30 ans), la baisse de natalité.

                  Projection à la louche :
                  – Moins de 3 enfants par femme en Afrique (soit 30% de la population)
                  – Moins de 2 enfants par femme dans le monde (la moitié de la population).
                  – D’ici 20 ou 30 ans, les gens qui vivent aujourd’hui seront encore vivants. Donc, d’ici 2100, la population va plafonner entre 9 et 10 milliards.

                  La question de la surpopulation.
                  Le terme “surpopulation” est un jugement de valeur, puisqu’il suppose que nous sommes déjà trop nombreux. Par rapport quoi (quel territoire, quelles ressources, quel mode de vie, quelle éducation) ?
                  La concentration dans les villes et l’exode rural ne s’opèrent pas partout de la même manière.

                  Le modèle de simplification du monde.
                  Par exemple, IPAT ( I = P x A x T) où I désigne l’impact environnemental, P la population, A l’affluence (ou niveau de vie), et T la technologie
                  L’équation Kaya : émissions de gaz à effet de serre, économie, intensité énergétique, population…

                  – Ces équations sont des choix de variables (parmi d’autres). Exemple, où sont les choix politiques ?
                  – Quelle est la qualité d’analyse ? Exemple, un occidental vaut-il un Indien d’Amazonie ?
                  – Que se passe-t-il si on modifie une variable de l’équation ? Exemple, si j’achète une voiture moins polluante, je roule plus ou elles sont plus lourdes (effet rebond et autres dérives).
                  Autre exemple : si nous sommes deux fois, est-ce qu’on polluerait moins ? Par exemple, est-ce qu’on ferme la moitié des puits de pétrole ? Non, n’est-ce pas ? On va polluer plus et il y aura des rattrapages et des effets rebonds, car notre modèle de monde “consumériste” reproduira les problèmes que nous avons.

                  ————————
                  Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                  René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                  > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                  > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                  Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                  – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                  > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                  #6831
                  René
                  Maître des clés

                    Que se passe-t-il quand personne ne gagne à une guerre ?
                    Comment, ceux qui sont aux commandes y mettent-ils fin ?
                    Comment justifient-ils de l’avoir commencée, l’avoir entretenue, l’avoir poursuivie jusqu’à compter près de 400 000 morts soldats ukrainiens ?

                    A vrai dire, la Russie l’a démarrée, entre-temps, son PIB a explosé grâce aux BRICS, et elle aura gagné des parties du Dombass, du Sud de l’Ukraine, tout en confirmant son protectorat sur la Crimée.
                    Qui perd ? Hormis l’Ukraine, surtout l’Europe… Qui gagne ? La Russie, les Brics et les USA sur le dos de l’Europe.
                    Qui dirige l’Europe ? Les USA. Donc, les choses sont dans l’ordre.

                    ————————
                    Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                    René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                    > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                    > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                    Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                    – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                    > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                    #6832
                    René
                    Maître des clés

                      Paloma Moritz analyse les discours de l’inaction et des climatosceptiques.
                      Par exemple, quelle erreur le président de Total fait lorsqu’il dit : On ne peut affamer les gens et les priver d’énergie, il y a la vie réelle.
                      C’est comme s’il disait : on sait qu’il y a un problème, mais on va continuer comme avant, car on ne voit pas d’autres solutions.
                      En bref, ce type de réaction s’inscrit dans les 12 discours retardant l’action pour le climat. Voir ci-dessous.

                      ————————
                      Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                      René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                      > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                      > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                      Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                      – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                      > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                      #6833
                      René
                      Maître des clés

                        Une note.
                        Passer les 5 ou 6 mn de présentation presque trop générale, l’analyse de Laurent Fleury présente un intérêt en ce qu’il souligne en quoi la perte des explications “magiques” (relatives à Dieu et aux mythes) entrainent de conflits dans le monde réel… Effectivement, Dieu régit toutes les valeurs, les mœurs et les pratiques du monde. Qu’est-ce qui alors remplace Dieu ? Par quoi les valeurs sont-elles alors pensées, voire substituées ?

                        Laurent Fleury enseigne la sociologie à l’Université de Paris-Diderot. Ses domaines de spécialité sont la sociologie de la culture, la sociologie politique, mais aussi la théorie sociologique, et plus précisément la sociologie allemande (Weber, Simmel, ainsi que, entre autres, pour l’École de Francfort, Adorno et Habermas).
                        Il s’est consacré à de nombreux travaux concernant la pensée de Max Weber, dont un « Que sais-je ? » publié en 2001, puis réédité en 2009, aux Presses Universitaires de France. Plus récemment, en 2017, dans la continuité de ses recherches sur la pensée de Max Weber, il a publié “Max Weber – La responsabilité devant l’histoire” (2017, Armand Colin).
                        ————————————-

                        Ecouter la présentation de l’affaire, Anticor, ici. Durée. 1h00

                        L’association ANTI COR, pour anticorruption, existe depuis 2002. Son objet social est de lutter contre la corruption dans le domaine politique. A ce titre, elle dispose d’un agrément délivré par le ministre de la justice en vue de pouvoir se constituer partie civile en matière pénale. Cet agrément est valable pour 3 années. Or, le 23 juin 2023 l’association ANTI COR a vu son agrément délivré en 2021 être annulée par la juridiction administrative de Paris.

                        Cette affaire pourrait avoir des conséquences importantes pour l’association. Alors, principe de légalité ou manœuvres politiques ?

                        ————————
                        Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                        René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                        > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                        > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                        Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                        – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                        > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                        #6834
                        René
                        Maître des clés

                          On pourrait oublier la covid… mais faut-il ignorer les excès de mortalité depuis la covid, alors que l’épidémie n’est pas là ? Pourquoi tant de gens meurent et qu’aucune alerte ou enquête n’est diligentée ?
                          C’est le Dr. John Campbell qui veut que la vérité soit faite sur la santé publique de son pays.

                          Il importe de considérer qu’il s’agit d’excès de mortalité par milliers, non d’une mortalité ordinaire et attendu chaque année. La poignée de morts par botulisme est un scandale, mais pas ces milliers post-covid, pourquoi ?

                          #6835
                          René
                          Maître des clés

                            Jacques Baud, peut-être la personne la mieux informée du moment sur la guerre russo-ukrainienne, les faits, l’histoire du conflit, l’implication des médias occidentaux comme ceux étrangers, les ressources et les stratégies des deux pays.

                            ————————
                            Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                            René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                            > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                            > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                            Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                            – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                            > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                            #6836
                            René
                            Maître des clés

                              Les sérieux de l’enquête m’a convaincu du sérieux de la démonstration, c’est-à-dire, de notre impossibilité à faire des choix rationnels, tant nous ignorons les lobbys qui se cachent derrière les informations que nous avons.
                              Nous cesserons probablement de nous faire la guerre, quand nous n’aurons plus les moyens de la faire. Mais alors, de quelle loi, de quelle éthique nous ferons-nous les élèves ?

                              ————————
                              Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                              René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                              > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                              > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                              Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                              – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                              > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                              #6837
                              René
                              Maître des clés

                                Les 10 millions que Bernard Arnault a donnés aux Restos du coeur sont, par rapport à sa fortune, l’équivalents de 5 euros du salaire médian des Français.
                                La question est pourquoi les écarts de richesse augmentent en même temps que les populations qui ont recours aux secours populaires ?
                                Est-ce une publicité que l’homme d’affaires s’offre, tout en militant pour un capitalisme libéral, lui qui est un adepte de l’optimisation fiscale ?
                                C’est donc un programme politique, programme dont on comprend mal la cohérence, puisqu’il a pour effet la désindustrialisation du pays en jouant la carte de la mondialisation.

                                Question : faut-il être dépendant de la générosité des plus riches ou celle d’un programme politique citoyen et démocratique, au vrai sens du terme ?

                                ————————
                                Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                                René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                                > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                                > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                                Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                                – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                                > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                                #6838
                                René
                                Maître des clés

                                  Malheureusement, on apprend plus de choses dans cette interview sur cette chaine privée de droite, que celle sur France Inter, que j’ai posté plus haut, ici., où il est évoqué des solutions que Julia Cagé et Thomas Piketty proposent.

                                  ————————
                                  Ps : voir le sujet suivant ou précédant en parcourant le fil de ce forum (les news retenues sur une quinzaine de jours.)

                                  René Guichardan, café philo d’Annemasse.
                                  > Lien vers les sujets du café philo d’Annemasse, ici.
                                  > Lien vers le forum des problématiques de notre temps (écologie, guerre, zoonose, démographie et philosophie.
                                  Ici, nous postons des cours, interviews, conférences dont l’intérêt philosophique nous parait évident.
                                  – Lien pour recevoir notre newsletter Cliquer ici, puis sur Rejoindre le groupe.
                                  > Vous pouvez nous rejoindre sur notre groupe Signal (cliquer ici)

                                15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 26)
                                • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.