Cafephilos Forums Les cafés philo Les dialogues à visée philosophique du Collège Langevin à Ville-la-Grand Résumé d’une séance avec de jeunes adolescents sur les religions + 1 carte mentale

  • Ce sujet contient 3 réponses, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par René, le il y a 10 années.
4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #4990
    René
    Maître des clés
      Extrait d’une séance à visée philosophique avec des adolescents
      (12, 13, 14 ans)

      Qui s’expriment ci-dessous ?
      E = interventions des élèves
      M = Interventions du modérateur

      Propositions des élèves : On peut parler de l’islam ?

      M : C’est quoi l’islam ?
      E : Une religion pratiquée par les musulmans.
      E : Le Dieu de l’islam c’est Allah, ensuite il y a plusieurs prophètes, pour nous c’est Ibrahim, puis il y a eu Isaïe et le dernier Prophète, c’est Mohamed.
      E : Pour les chrétiens, il y a Jésus qui est le Dieu ou le fils de Dieu.
      E : Chez moi on est témoin de Jéhovah, c’est différent.
      E : C’est quoi « Témoin de Jéhovah » ?
      E : Jéhovah, c’est ainsi qu’on appelle Dieu.
      M : Comme vous le dites, pour chacune de ses pratiques religieuses, Dieu a un nom différent. A votre avis, est-ce le même Dieu qui se cache derrière ces différents noms ?
      E : Comment cela ?
      M : On doit distinguer le nom de la chose qu’il désigne, n’est-ce pas ? Par exemple, en anglais, God signifie Dieu, que les Musulmans traduisent par Allah. En raison des différentes langues, les mêmes choses sont désignées par des mots différents . Est-ce que les différentes manières de nommer Dieu, Allah, God ou Jéhovah correspondent à la traduction d’une même idée de Dieu ou, y-a-t-il derrière cette idée de Dieu des « Dieux » différents ?
      E : Oui, c’est la question que je me posais.
      E : ben, il y a plusieurs religions, et elles se pratiquent différemment.
      M : Cela nous amène à une autre question : ces quatre religions disent toutes que leur Dieu est unique et qu’il est le créateur de l’univers. Comment savoir qui a raison ou s’il s’agit du même Dieu ?
      E : C’est Mohamed, le dernier prophète qui a raison. Dieu lui a transmis le Coran.
      M : Pour les Juifs, ce n’est pas le dernier prophète qui compte, mais le premier. Dans ce cas, c’est Moïse car il a libéré son peuple et apporté la Loi. Pour les Chrétiens, c’est Jésus qui compte car il est annoncé comme étant le Messie, et le fils de Dieu.
      E : Mais qui a raison alors ?
      M : Pour répondre à une telle question, nous devons questionner l’histoire et voir comment sont nées ces religions, n’est-ce pas ?

      Pour le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam, toutes reconnaissent qu’elles ont le même patriarche, c’est Ibrahim ou Abraham. Il est celui qui annonce qu’il n’y a qu’un seul Dieu. C’est le point commun à ces religions dites du “Livre”, n’est-ce pas ?
      Ensuite, et plusieurs siècles après, chacune de ces religions ne va reconnaître qu’un seul prophète (père ou fondateur) : Moïse pour les Juifs ; Jésus pour les Chrétiens, et Mahomet pour les Musulmans. Mais, de l’avis de tous les historiens et de tous les croyants, aucun de ces prophètes n’a laissé de texte écrit. Ce sont les disciples qui, après la mort de ces fondateurs, compilent et mettent par écrit les paroles et les actions de leur prophète.
      Plus tard encore, au cours de l’histoire, des rabbins, des disciples, des califes et des ulémas trient, c’est-à-dire, gardent ou rejettent des parties du texte. Ce sont ces contenus qui définissent aujourd’hui les principaux livres que sont La Bible, les Evangiles et le Coran.
      […]
      En somme, s’il veut aller plus loin dans sa recherche le croyant doit, d’une part, distinguer ce qui relève de l’interprétation des textes pour approfondir sa quête et, d’autre part, questionner l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie (les sciences en général) pour connaître la réalité des faits.

      Enfin, il y a ce que nous appelons les guerres religieuses. Certains croyants interprètent les textes écrits comme un programme politique : ils font la guerre et souhaitent élaborer des constitutions et construire des sociétés en s’appuyant sur ce qui est écrit dans ces textes d’époque antique et moyenâgeuse.

      Voir ci-dessous une carte mentale du sujet.

      René Guichardan pour :
      “La Pause philo” du collège Langevin

      #4993
      René
      Maître des clés
        Carte mentale du sujet sur les religions
        Si la carte mentale n’est pas nette, vous pouvez la visualiser (et la télécharger avec la restitution)
        en cliquant sous le lien de “Fichier attaché” ci-dessous :
        UnerestitutiondunextraitdedialogueavecdesadolescentssurlethmedelareligioncoveretcartementaleA5versioncafephilo.pdf

        LeconceptdeDIEU.png

        René Guichardan pour :
        “La Pause philo” du collège Langevin 🙂

        #4994
        René
        Maître des clés
          [b]Extrait d’une séance à visée philosophique avec des adolescents
          (12, 13, 14 ans)[/b]

          Qui s’expriment ci-dessous ?
          E = interventions des élèves
          M = Interventions du modérateur

          Propositions des élèves : On peut parler de l’islam ?

          M : C’est quoi l’islam ?
          E : Une religion pratiquée par les musulmans.
          E : Le Dieu de l’islam c’est Allah, ensuite il y a plusieurs prophètes, pour nous c’est Ibrahim, puis il y a eu Isaïe et le dernier Prophète, c’est Mohamed.
          E : Pour les chrétiens, il y a Jésus qui est le Dieu ou le fils de Dieu.
          E : Chez moi on est témoin de Jéhovah, c’est différent.
          E : C’est quoi « Témoin de Jéhovah » ?
          E : Jéhovah, c’est ainsi qu’on appelle Dieu.
          M : Comme vous le dites, pour chacune de ses pratiques religieuses, Dieu a un nom différent, Je vous propose qu’on pose la question suivante : Est-ce le même Dieu qui se cache derrière ces différents noms ?
          E : Comment cela ?
          M : On doit distinguer le nom de la chose qu’il désigne, n’est-ce pas ? Par exemple, en anglais, God signifie Dieu, que les Musulmans traduisent par Allah. En raison des différentes langues, les mêmes choses sont désignées par mots différents . Est-ce que les différentes manières de nommer Dieu, Allah, God ou Jéhovah correspondent à la traduction d’une même idée de Dieu ou, y-a-t-il derrière cette idée de Dieu, des « Dieux » différents ?
          E : Oui, c’est la question que je me posais.
          E : ben, il y a plusieurs religions, et elles se pratiquent différemment.
          M : Cela nous amène à une autre question : ces quatre religions disent toutes que leur Dieu est unique et qu’il est le créateur de l’univers. Comment savoir qui a raison ou s’il s’agit du même Dieu ?
          E : C’est Mohamed, le dernier prophète qui a raison. Dieu lui a transmis le Coran.
          M : Pour les Juifs, ce n’est pas le dernier prophète qui compte, mais le premier. Dans ce cas, c’est Moïse car il a libéré son peuple et apporté la Loi. Pour les Chrétiens, c’est Jésus qui compte car il est annoncé comme étant le Messie, et le fils de Dieu.
          [b]E : Mais qui a raison alors ?
          M : Pour répondre à une telle question, nous devons questionner l’histoire et voir comment sont nées ces religions, n’est-ce pas ? [/b]
          Pour le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam, toutes reconnaissent qu’elles ont le même patriarche, c’est Ibrahim ou Abraham. Il est celui qui annonce qu’il n’y a qu’un seul Dieu. C’est un autre point commun, n’est-ce pas ?
          Ensuite, et plusieurs siècles après, chacune de ces religions ne va reconnaître qu’un seul prophète (père ou fondateur) : Moïse pour les Juifs ; Jésus pour les Chrétiens, et Mahomet pour les Musulmans. Mais, de l’avis de tous les historiens et de tous les croyants, aucun de ces prophètes n’a laissé de texte écrit. Ce sont les disciples qui, après la mort de ces fondateurs, compilent et mettent par écrit les paroles et les actions de leur prophète.
          Plus tard encore, au cours de l’histoire, des rabbins, des disciples, des califes et des ulémas trient, c’est-à-dire, gardent ou rejettent des parties du texte. Ce sont ces contenus qui définissent aujourd’hui les principaux livres que sont La Bible, les Evangiles et le Coran.

          En somme, s’il veut approfondir sa recherche le croyant doit, d’une part, distinguer ce qui relève de l’interprétation des textes et, d’autre part, questionner l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie (les sciences en général) pour connaître la réalité des faits.

          Voir ci-dessous une carte mentale du sujet

          Carte mentale des trois religions monothéistes

          #5000
          René
          Maître des clés
            Quelques ressources qui m’ont aidé à construire ce thème :

            Pour l’histoire du Coran
            1 – Un centre culturel islamique : http://www.fleurislam.net/media/doc/coran/txt_hiscoran.html
            2 – Une interview : http://www.herodote.net/Aux_origines_du_Coran-synthese-1739.php
            3 – Le Coran, aux origines du livre (documentaire Arte)


            Sources pour l’histoire de la Bible

            1) Un guide pédagogique de France 5 : La Bible dévoilée
            http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/mire/teledoc_bibledevoilee.pdf

            Cliquer ici pour accéder à des documentaires sur l’histoire archéologique des religions
            Ps. S.v.p. Merci de me prévenir si les vidéos ont été retirées, je les remplacerai au plus vite.

            René Guichardan pour :
            “La Pause philo” du collège Langevin

          4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
          • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.